Sports

Cholet: Kunter pas conservé

Alors qu’il lui restait un an de contrat dans les Mauges, Erman Kunter n’effectuera pas sa dernière saison avec Cholet. Le club, maintenu in extremis en BetClic Elite, a décidé de se séparer de l’entraîneur franco-turc.

Erman Kunter n’ira pas au bout de son engagement à Cholet. Il restait encore un an de contrat à l’entraîneur franco-turc de 64 ans dans le Maine-et-Loire. A un an de la fin de son bail dans les Mauges, Kunter va pourtant faire ses valises. Ce dimanche, Ouest France confirme que le club des Mauges a décidé de se séparer de celui qui avait conduit le Cholet Basket à son seul titre de champion de France jusqu’à maintenant et lui avait offert par la même occasion les plus belles heures de son histoire. C’est en effet sous la coupe de l’ancien joueur du Besiktas et de Fenrbahçe arrivé à Cholet en 2003 après être passé de l’autre côté de la barrière, pour une première expérience qui en avait appelé une autre deux ans plus tard, toujours à Cholet, que les Choletais avaient damé le pion à tous les concurrents il y a onze ans. Resté deux ans encore après ce premier sacre qui lui avait valu d’être désigné ensuite meilleur entraîneur de l’élite, l’ancien sélectionneur de l’équipe de Turquie qui avait ensuite continué de faire ses classes comme entraîneur à Galatasaray avait retrouvé les Mauges il y a trois ans, un an après avoir tourné le dos au Mans d’un commun accord avec les dirigeants sarthois.

« Le limogeage de Kunter, c’est la goutte d’eau »

Revenu un peu comme le messie à Cholet, où il était devenu au fil des années adoré des supporters locaux, Kunter avait vu son image se détériorer ces derniers mois, la faute notamment à une dernière saison très compliquée à tout niveau, même si Mickael Stokcton et les siens ont finalement arraché in extremis le droit de passer une 35eme saison au plus haut niveau en terminant 14emes du classement. Un sauvetage sur le fil qui n’a pas pour autant réconcilié les dirigeants du club et leur technicien, invité à se trouver un nouvel employeur. Un petit tremblement de terre que ne digère pas le maire de la ville Gilles Bourdouleix, interrogé dans Le Courrier de l’Ouest. « C’est la goutte d’eau pour un club qui part à la dérive. A titre personnel, je militais pour qu’il occupe un poste dans ce club après sa dernière saison de coach. Pour tout ce qu’il a apporté, c’est un pilier du Cholet Basket. » Un pilier sur lequel le club des Mauges, à la surprise générale, ne se reposera plus à la rentrée.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page