Economie

un homme condamné pour avoir mis sur Airbnb des logements frappés d’un arrêté de péril grave et imminent

Il avait mis en location des appartements dans un immeuble frappé d’un arrêté de péril grave et imminent. Mardi 29 juin, un maçon marseillais a été condamné à Marseille à un an de prison avec sursis. Le tribunal correctionnel a également prononcé contre Abdelfateh Benhalilou, 61 ans, une amende de 10 000 euros et une interdiction d’acheter un bien en vue de le louer pendant cinq ans.

La SARL Marseille Molière, appartenant à M. Benhalilou et à ses proches, propriétaire de cet immeuble situé place de l’Opéra, en plein centre-ville, a été condamnée à 150 000 euros d’amende, un montant retenu, a expliqué la présidente du tribunal, Marie-Pierre Attali, au regard des 138 232 euros de loyers « perçus illégalement » de juillet 2017 à novembre 2019.

Le tribunal a en revanche écarté la confiscation de cet immeuble, une mesure que la loi rend normalement obligatoire. Cette dérogation a été prise « en raison des travaux réalisés », qui avaient permis la levée du péril en mai.

Lire aussi Comment Airbnb a investi Paris et l’hypercentre des grandes villes

« La roulette marseillaise »

Dans l’immeuble, les appartements avaient été rénovés mais le risque d’effondrement de l’escalier avait conduit, en avril 2017, la mairie de Marseille à faire évacuer l’immeuble en urgence et à interdire toute occupation.

Les appartements avaient été proposés sur une plate-forme de location entre particuliers dès le mois de novembre 2017, après la mise en place d’étaiements et de quelques travaux insuffisants. L’instruction avait estimé que 2 301 clients étaient passés dans cet immeuble, avec 1 213 nuitées réservées sur la plate-forme de location.

« C’est comme si pendant deux ans et demi, il avait joué à la roulette russe, à la roulette marseillaise », avait lancé le procureur Jean-Yves Lourgouilloux, qui avait requis quatre mois de prison ferme à purger sous bracelet électronique et une amende de 80 000 euros contre la SARL. A l’audience, le 15 juin, Abdelfateh Benhalilou avait avoué avoir loué pour avoir les moyens de financer les travaux. « C’était pour le réhabiliter, pas pour aller au restaurant », s’était-il défendu, reconnaissant « un acte irrégulier sans en mesurer les conséquences ».

Le souvenir de la rue d’Aubagne

En dépit de l’effondrement, le 5 novembre 2018, de deux immeubles rue d’Aubagne, à quelques centaines de mètres, entraînant la mort de huit occupants, M. Benhaliou avait continué à louer sur Airbnb son immeuble jusqu’en novembre 2019, époque à laquelle le quotidien La Marseillaise avait révélé les faits.

Condamnés pour l’infraction d’« utilisation de mauvaise foi d’un local malgré une interdiction administrative », les deux prévenus ont été relaxés pour la mise en danger d’autrui, les deux infractions faisant double emploi, a précisé le tribunal.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Deux ans après le drame de la rue d’Aubagne, une lutte sans merci contre l’habitat indigne à Marseille

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page