Technologie

Samsung lancera cet été sa première montre connectée équipée de son OS développé avec Google

Lundi soir, pour marquer le retour du MWC de Barcelone, Samsung organisait un événement virtuel dédié à son « écosystème » et aux montres connectées. Malheureusement pour les fans de la marque coréenne, nous ne retiendrons pas grand chose de cette très courte présentation. Samsung n’a annoncé aucun nouveau produit et s’est contenté d’énumérer ceux qu’il avait déjà annoncés, comme les Galaxy S21, Galaxy Tab S7 FE ou Galaxy Buds.
Une sorte de bande-annonce pour l’Unpacked estival, le prochain événement majeur du Coréen. Heureusement pour nous, quelques informations sur le futur système d’exploitation pour montres issu de la fusion entre Tizen et Wear OS ont égayé la soirée.

Wear se dévoile timidement

Celui que l’on surnomme « Wear », peut être à tort, devrait améliorer les performances des montres connectées dédiées aux appareils Android. Selon Samsung, la prochaine Galaxy Watch ouvrira les applications 30% plus rapidement et offrira une autonomie largement supérieure à celle des précédents modèles.
Cette prouesse serait due au mélange du savoir-faire de Google et de Samsung qui, ensemble, nous promettent monts et merveilles. On a assez hâte de vérifier tout cela, Wear OS ayant pour l’habitude d’être très consommateur d’énergie alors que Tizen, de son côté, est plutôt endurant, mais souffre d’un manque d’applications tierces. 

L’interface de Wear, très inspirée de celle du watchOS, d’Apple, et du HarmonyOS, de Huawei, pour la grille d’icônes, devrait être assez similaire à celle du Wear OS, de Google, dans les applications. Les animations seront particulièrement à l’honneur sur ce nouveau système d’exploitation.
Côté applications, on devrait disposer du meilleur de plusieurs mondes que l’on pensait incompatibles. Fitbit, récemment racheté par Google, va apporter son savoir-faire en matière de suivi sportif. Samsung va aider tous les constructeurs du marché à proposer un suivi de la santé fiable, similaire d’une montre à l’autre, tandis que Google, sans surprise, va s’occuper des logiciels.
Google Maps, Android Messages, YouTube Music et le Play Store seront au rendez-vous, ce qui devrait inciter les développeurs à s’intéresser à cette plate-forme universelle (Spotify, le partenaire de Samsung, est aussi présent). Google promet aussi une meilleure communication entre une montre et un smartphone avec, par exemple, le téléchargement automatique de la version Wear d’une application que l’on viendrait de récupérer sur son mobile. Les alarmes et les réglages seront aussi synchronisés, comme chez Apple.

En ce qui concerne la compatibilité 4G, plus de montres devraient être indépendantes dans le futur. Ici, Google semble profiter des partenariats commerciaux de Samsung pour rendre son OS compatible avec les eSIM d’un plus grand nombre d’opérateurs.
Wear est ouvert à tous les constructeurs qui le souhaitent, même si Samsung bénéficie d’une très courte exclusivité au début. Les développeurs bénéficieront aussi en fin d’année d’un outil pour créer des cadrans compatibles avec toutes les montres. 

Une nouvelle Galaxy Watch cet été

Pour vraiment découvrir Wear, Samsung nous donne rendez-vous cet été. C’est lors d’un événement Unpacked que le Coréen lancera de nouvelles montres connectées équipées de ce système. C’est la première fois que la marque officialise la tenue d’un événement dans les prochaines semaines même si tout cela est assez logique, les Galaxy Z Fold 3 et Z Flip 3 pliants se font attendre. 

A découvrir aussi en vidéo :

En ce qui concerne les anciennes montres Samsung, il est peu probable de les voir passer un jour de Tizen à Wear, sans doute pour des raisons de puissance. À la fin de sa présentation, Samsung a tout de même promis trois ans de mises à jour pour Tizen pour les anciennes Galaxy Watch. Une sorte de lot de consolation. 


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page