Politiques

L’enquête visant Ségolène Royal pour des frais en tant qu’ambassadrice des pôles classée sans suite

Une enquête avait été diligentée après les révélations de la cellule investigation de Radio France.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

L’enquête préliminaire visant l’usage fait par l’ex-ministre de l’Environnement Ségolène Royal des moyens mis à sa disposition en tant qu’ambassadrice des pôles a été classée sans suite. Le parquet national financier a annoncé lundi 28 juin que celle-ci n’avait révélé “aucune infraction”.

Elle avait été ouverte en novembre 2019, après des informations publiées par la cellule investigation de Radio France, qui accusait l’ancienne ministre de l’Environnement d’utiliser les fonds alloués à sa mission à des fins personnelles, notamment pour la promotion d’un livre ou de sa fondation “Désirs d’avenir pour la planète”. Les révélations concernaient des frais utilisés par Ségolène Royal lorsqu’elle occupait la fonction d’ambassadrice des pôles entre 2017 et 2020, mais aussi comme ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer entre 2014 et 2017.

Ségolène Royal compte poursuivre “l’auteur de cette dénonciation calomnieuse

“J’avais toujours dit qu’il s’agissait d’une dénonciation calomnieuse, ce qui vient d’être démontré”, a réagi Mme Royal auprès de l’AFP. “Je vais poursuivre l’auteur de cette dénonciation calomnieuse, pour demander réparation du préjudice subi, le journaliste de Radio France ayant cherché à porter atteinte à mon honneur et à celle de mon équipe”.

Suite à cette polémique, Ségolène Royal, très critique envers l’exécutif, avait été démise de ses fonctions d’ambassadrice en janvier 2020. En novembre, le diplomate et écrivain Olivier Poivre d’Arvor a pris sa succession en tant qu’ambassadeur des Pôles et des enjeux maritimes.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page