People

Critique de “America: The Motion Picture”: la satire animée de Netflix travaille beaucoup trop dur pour être scandaleuse


Le modèle de base réinvente la Révolution américaine, transformant les pères fondateurs en héros d’action et incorporant de nombreuses connexions bizarres, telles que George Washington (exprimé par Channing Tatum) étant amis intimes avec Abraham Lincoln (Will Forte).
Les Britanniques restent fermement aux commandes, avec le roi James (Simon Pegg) zoomant sur une chaise flottante comme le baron dans “Dune” et Benedict Arnold (Andy Samberg) – se transformant parfois en loup-garou, juste parce que – menant l’assaut sur Washington et ses alliés. Ces combattants de la liberté incluent Sam Adams (Jason Mantzoukas), un garçon de frat gorgé de bière (il a son Sa propre marque, après tout); et Thomas Edison (oui, un autre anachronisme), un brillant scientifique que les gens pensent être un sorcier – ou une sorcière, puisque Olivia Munn donne la voix.

Produit par les équipes derrière “The Lego Movie” et la série FX “Archer”, “America: The Motion Picture” doit des dettes à la sensibilité torride de “Team America: World Police” et à toute l’ambiance Adult Swim, avec de la nudité animée et des torrents de sang, grâce en partie à la fidèle tronçonneuse de Washington.

La satire politique frappe le nerf occasionnellement. Les meilleurs moments incluent la dénigrement de l’amour des armes à feu de l’Amérique – la milice bien réglementée du XVIIIe siècle brille vraiment par les armes automatiques modernes – et une fin mordante qui est meilleure que la plupart de ce qui la précède, mais pas assez pour sauver les choses.

L’irrévérence implacable joue comme un dispositif calculé pour attirer l’attention, tout en offrant des opportunités de riff sur des choses comme “Star Wars” à travers cet étrange prisme. Certes, l’enseignement de l’histoire est devenu le dernier problème brûlant de la guerre des cultures, mais les gens que l’humour grossier est susceptible de choquer sont probablement les derniers à être enclins à regarder.

Pour la plupart, “America: The Motion Picture” semble trop satisfait de lui-même, une indulgence pour la bêtise qui semble terriblement étirée à près de 100 minutes. Netflix décrit le film comme “une histoire révisionniste animée et ironique”, ce qui est essentiellement une façon longue de dire cela magazine fou-L’exercice de style jette une tonne de gags contre le mur et espère que quelques-uns s’en tiennent.

Bien que cela donne le point culminant ici ou là, “America” ​​ressemble finalement au genre d’effort gonflé qui aurait bénéficié si quelqu’un avait pris cette tronçonneuse susmentionnée et l’avait réduite à la taille.

“America: The Motion Picture” sera diffusé le 30 juin sur Netflix. Il est classé TV-MA (public adulte).


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page