Economie

« Nous devons construire un nouveau pilier de la protection sociale sous la forme d’un revenu de base universel »

Tribune. Les immenses inégalités sociales mises en lumière par la colère des « gilets jaunes » ont été encore aggravées par la pandémie. Des associations estiment qu’en 2020 le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté – qui, en France, est établi à 60 % du revenu médian (soit 1 075 euros en 2020) – a franchi la barre des 10 millions, soit presque 15 % de la population.

La politique d’aide sociale permet heureusement de limiter la dégradation des conditions de vie. Mais elle est contraignante et très lacunaire. Et le coup de frein brutal sur l’économie pendant la pandémie a démontré que la protection sociale ne peut plus reposer principalement sur l’emploi.

En effet, si l’emploi s’est effondré à l’arrivée du virus, il était déjà en régression, quantitative et qualitative, dans un système qui n’est conduit que par la rentabilité à court terme. Il est impératif de combiner le partage du travail avec celui de la richesse pour assurer une activité et des ressources à tous les citoyens.

Lire aussi Revenu universel : une nouvelle expérimentation lancée en Allemagne

Derrière l’épidémie de Covid-19 se profilent d’autres catastrophes, de nature et d’ampleur imprévisibles, liées au désastre écologique et à ses conséquences climatiques. Cela pose un second impératif : nous devons repenser en profondeur et le plus rapidement possible notre système économique. Des milliers d’emplois dans les secteurs nuisibles doivent disparaître, des milliers d’autres doivent être créés dans les secteurs vertueux tels que l’agriculture durable, le développement des énergies renouvelables ou encore les services publics.

Liberté, solidarité, fraternité

Il nous faut assurer cette transition avec le minimum de dégâts sociaux et le maximum de sérénité. Il nous faut assurer une redistribution des richesses afin que chacun dispose d’un minimum vital et d’un avenir plus durable, et de la possibilité de choisir sa vie avec le maximum de sens.

Comment accepter qu’une partie de la population manque du nécessaire alors que nous disposons de suffisamment de richesses pour empêcher cela ? Comment accepter que nous nous divisions ainsi entre ceux qui peuvent et ceux qui sont impuissants ? Comment ne pas réveiller les valeurs de liberté, de solidarité et de fraternité de notre République et qui sont foulées aux pieds chaque jour ?

Le revenu universel, une idée neuve en Europe : nos tribunes

« Le revenu de base est passé de l’utopie philosophique à une possibilité concrète », par Chloé Bonifas, Camille Lambert et Nicole Teke, membres du Mouvement français pour un revenu de base

« La fracture patrimoniale a des conséquences délétères sur notre société », Denis Consigny est ingénieur, président de l’Association intergénérations pour le capital universel (AICU)

« En France, il s’agit avant tout d’une nécessaire réforme de l’impôt sur le revenu », par Marc de Basquiat, ingénieur et docteur en économie, fondateur de StepLine Conseil, président de l’Association pour l’instauration d’un revenu d’existence

« Le revenu universel permet de démocratiser le mérite, qui n’est pas une notion démocratique », entretien avec Martine Alcorta, élue écologiste indépendante au conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

A la fin de la dernière guerre, le Conseil national de la Résistance, dans des circonstances certes très particulières, lança une politique nouvelle, qui portait ces valeurs. Comment aujourd’hui restaurer une politique propre à réveiller ces fondements de la gauche historique ?

Il vous reste 44.53% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page