Economie

En Allemagne, Europa-Park espère vite tourner la page de la crise liée au Covid-19

A Europa-Park, à Rust (Bade-Wurtenberg), en Allemagne, le 21 mai.

En ce jeudi 24 juin, les parkings de Rust (Bade-Wurtemberg) d’Europa-Park ne sont qu’à moitié pleins. Le deuxième plus grand parc d’attractions d’Europe, situé à quelques encablures de la frontière franco-allemande, a rouvert ses portes le 21 mai, mais ce sont essentiellement les Allemands qui ont répondu à l’appel. La faute aux restrictions au passage de la frontière, qui ont été levées tardivement. Le passe sanitaire exigé aux portes du parc, avec la réalisation d’un test PCR ou antigénique de moins de vingt-quatre heures pour toute personne non vaccinée, y compris les enfants de 6 ans, en freine également plus d’un. Ceux prêts à subir le prélèvement nasal, en revanche, profitent de l’absence de file d’attente. « Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait si peu de monde », souligne, sous le couvert de l’anonymat, un passionné de manèges, venu du nord de la France avec deux amis.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi A la frontière franco-allemande, Europa-Park rouvre ses portes

Même avec une jauge réduite d’un tiers, le parc détenu par la famille Mack ne fait pas le plein. Celle-ci refuse de communiquer le moindre chiffre de fréquentation sur ce dernier mois. Quant au complexe aquatique attenant, inauguré en novembre 2019, il aura été plus longtemps fermé qu’en exploitation. La crise sanitaire a en effet touché Europa-Park, alors que la PME familiale venait d’engager le plus gros investissement de son histoire : 250 millions d’euros pour la construction d’un parc aquatique de plus de 40 000 m2, destiné à rester ouvert toute l’année, accompagné d’un hôtel 4 étoiles. Avec ses six établissements totalisant 1 257 chambres, la famille Mack est à la tête du premier ensemble hôtelier d’Allemagne.

En 2020, entre fermeture totale et jauge réduite, le parc n’a accueilli que 2,5 millions de visiteurs, contre plus de 5,7 millions en 2019

Le groupe a beaucoup souffert de la pandémie de Covid-19. En 2020, entre fermeture totale et jauge réduite, le parc n’a accueilli que 2,5 millions de visiteurs, contre plus de 5,7 millions en 2019. Le chiffre d’affaires du groupe (comprenant la billetterie, la vente en boutique et l’hôtellerie), qui, depuis plusieurs années, dépassait les 350 millions d’euros, a fondu de plus de 300 millions d’euros.

Alors, quand le Land a donné l’autorisation à Europa-Park de rouvrir le 21 mai, dans le cadre d’un projet pilote mené par l’hôpital universitaire de Fribourg, Roland Mack, le fondateur du parc, n’a pas hésité. « Nous avons appris de la première phase de la crise qu’il est important de rouvrir très vite, même si toutes les animations ne peuvent être assurées. Chaque jour de fermeture nous fait perdre plusieurs centaines de milliers d’euros », confie-t-il. « La majorité des employés est restée, ce qui nous a permis de tenir le délai », complète son frère Jürgen, directeur financier du groupe. Comme l’année passée, Europa-Park a recruté quelque 400 saisonniers, dont une majorité de Français. Malgré les contraintes liées au passage de la frontière, ils sont plus nombreux à postuler qu’il y a quelques années.

Il vous reste 33.66% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page