Santé

le variant Delta représentera 90 % des infections en Europe fin août


Il ne faut pas crier victoire trop vite… Selon les modélisations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, le variant Delta sera majoritaire dès le mois d’août dans l’Union européenne. L’agence appelle à accélérer les vaccinations chez les jeunes et les personnes âgées. Elle met en garde contre l’assouplissement, dans certains pays, des mesures sanitaires. Faute de quoi, hospitalisations et décès pourraient atteindre les mêmes niveaux qu’à l’automne 2020. 

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Pourquoi avons-nous plus peur des vaccins que des médicaments ?
  Près d’un Français sur quatre refuse de se faire vacciner. La plupart des gens n’ont pourtant aucune réticence à avaler des médicaments. D’où vient cette différence ? 

Le variant Delta du coronavirus, particulièrement contagieux, devrait représenter 90 % des nouveaux cas de Covid-19 dans l’Union européenne d’ici fin août, a estimé mercredi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), en appelant à la vigilance. « Il est très probable que le variant Delta circule largement pendant l’été, en particulier chez les jeunes qui ne sont pas ciblés par la vaccination », a averti Andrea Ammon, la directrice de l’Agence européenne des maladies.

Si le variant Alpha, d’abord détecté au Royaume-Uni, reste actuellement prédominant dans la région, les modélisations de l’agence prévoient que le variant Delta, repéré initialement en Inde, représentera 70 % des nouvelles infections dans l’UE d’ici début août et 90 % d’ici fin août, a indiqué le centre dans une note. Pour faire rempart à l’émergence du variant, qui est 40 à 60 % plus transmissible que l’Alpha selon l’agence sanitaire, l’ECDC appelle à accélérer les vaccinations.

Vaccination : course contre la montre

En laboratoire ou en vie réelle, les études convergent sur un point : recevoir une seule dose de vaccin n’apporte qu’une protection limitée contre le variant Delta. À ce jour, environ 30 % des plus de 80 ans et quelque 40 % des plus de 60 ans dans l’Union européenne ne sont pas encore complètement vaccinés, d’après l’ECDC, qui regroupe les 27 pays de l’Union européenne ainsi que la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein. « À ce stade, il devient crucial que la deuxième dose de vaccin soit administrée dans l’intervalle minimum autorisé après la première dose, afin d’accélérer le rythme auquel les personnes vulnérables sont protégées », a plaidé Andrea Ammon.

L’ECDC invite par ailleurs les pays à la prudence face à l’assouplissement des mesures sanitaires pour lutter contre le virus. Selon les scénarios de l’agence, « tout relâchement au cours de l’été des mesures non pharmaceutiques qui étaient en place dans l’UE/EEE au début du mois de juin pourrait entraîner une augmentation rapide et significative du nombre de cas quotidiens dans tous les groupes d’âge ».

Cette augmentation conduirait à une hausse des hospitalisations et des décès « qui pourrait atteindre les mêmes niveaux qu’à l’automne 2020 si aucune mesure supplémentaire n’était prise », avertit le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page