Economie

Le déficit de la « Sécu » pourrait ne pas se résorber en 2021

Malgré le rebond de l’activité économique, le déficit de la Sécurité sociale en 2021 pourrait rester pratiquement au même niveau qu’en 2020 : – 38,4 milliards d’euros dans le premier cas, contre – 38,7 milliards dans le second, si l’on prend en considération le régime général et le fonds de solidarité vieillesse (FSV). C’est l’un des enseignements du rapport qui sera présenté, jeudi 24 juin, aux membres de la Commission des comptes de la Sécurité sociale (CCSS) et que Le Monde a pu consulter.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Chute abyssale des comptes de la Sécurité sociale en pleine crise du Covid-19

Le déséquilibre financier qui est anticipé pour l’exercice en cours s’avère un peu plus important que dans les prévisions faites par la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2021. Adoptée à l’automne 2020, celle-ci tablait alors sur un trou de – 35,8 milliards d’euros pour cette année. Une telle « dégradation » résulte principalement d’un surcroît de dépenses liées aux actions « pour faire face à la crise sanitaire » : troisième vague épidémique qui a mis sous tension le système de santé, prise en charge des tests, lancement de la campagne de vaccination…

L’essentiel du déficit serait, à nouveau, imputable à l’assurance-maladie

Parallèlement, les recettes de la « Sécu », qui sont issues en grande partie de cotisations sociales elles-mêmes assises sur la masse salariale, devraient fortement se redresser par rapport à2020 (+ 5,9 %), grâce au redémarrage de l’économie, mais sans parvenir à effacer des dépenses en forte croissance.

L’essentiel du déficit du régime général serait, à nouveau, imputable à l’assurance-maladie : – 31 milliards d’euros, soit 600 millions de plus par rapport à 2020. Dans cette branche, « les charges (…) demeureraient très élevées », en raison de la lutte contre le Covid-19, bien sûr, mais aussi du fait de la montée en puissance des mesures décidées dans le cadre du « Ségur de la santé » pour revaloriser les rémunérations et les carrières des personnels. De son côté, l’assurance-vieillesse verrait, elle aussi, ses résultats se détériorer, passant de – 3,7 milliards en 2020 à – 4,4 milliards cette année.

Ces projections doivent toutefois être maniées avec prudence, compte tenu des « incertitudes importantes » qui pèsent sur la « situation économique », comme le rappelle le rapport.

« Ces déficits ne doivent pas nous empêcher d’investir afin d’améliorer l’accès aux soins, (…) », Jacques Battistoni, président du syndicat de médecins MG France

Il vous reste 31.35% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page