Acceuil

Il a acheté une maison bon marché en Italie. C’est ce qui s’est passé ensuite

(CNN) — La manne des maisons bon marché en Italie continue d’attirer des centaines d’acheteurs intéressés, malgré la pandémie. Mais que se passe-t-il une fois que quelqu’un franchit le pas et investit sa (petite) partie de la monnaie dans un coin en ruine d’une ville reculée ?

Pour Roy Patrick, un fanatique de voitures et de motos britannique de 67 ans qui a acheté une vieille école dans le village de montagne du nord de Carrega Ligure pour environ 16 500 $, cela a été une aventure – non sans mésaventures telles qu’une chute de cheminée et un coin porte – et aussi une joie.

Patrick, d’Oxford, a acheté la propriété après s’être retrouvé dans le village, dans les montagnes à la frontière des régions italiennes du Piémont et de la Ligure, presque par accident.

Il est arrivé après avoir débarqué d’une croisière en Méditerranée post-divorce dans le port de Gênes, où il a rencontré des gens qui lui ont parlé des merveilles du village. Il a décidé de visiter et de jeter un coup d’œil et a été fasciné par l’endroit.

Après avoir visité plusieurs propriétés anciennes, il est tombé amoureux du bâtiment scolaire des années 1930 et l’a acheté en 2017.

“Les autres maisons étaient belles mais n’avaient rien de spécial, elles auraient pu être dans n’importe quel petit village italien niché dans des ruelles”, explique Patrick. “Mais celui-ci était particulier, la vue est unique : la façon dont le soleil se couche sur les montagnes lorsqu’il se couche, vous diriez” wow “. C’est mon Arcadie personnelle, mon Nirvana, lieu thérapeutique.”

La propriété, qui a été déchargée par la mairie locale dans le cadre d’une initiative visant à stimuler les populations de communautés en déclin (semblable à de nombreuses exploitations en Italie), est située dans le quartier calme de Connio, où vivent seulement 12 personnes.

Depuis l’achat, il lui rend visite toutes les deux semaines, même pendant la pandémie. Il fait des affaires en Italie en achetant et en revendant de vieux véhicules à trois roues. Il dit qu’il a trouvé une nouvelle famille dans la ville et un havre bucolique pour se désintoxiquer et se déconnecter au grand air.

Carrega, ajoute-t-il, a de nombreux charmes.

“En tête de liste se trouve la gentillesse de la population locale, suivie de la vue imprenable que j’obtiens en regardant par les fenêtres donnant sur la vallée. Le mien est le meilleur panorama du village.

“De plus, j’ai la chance d’avoir, à quelques mètres de là, une fontaine qui est alimentée par l’eau fraîche vivifiante qui descend des sommets des montagnes.”

effondrement de la cheminée

La maison restylée de l'acheteur britannique Carrega-Patrick c Roy Patrick

La maison de Patrick Roy coûtait 16 000 $ et nécessitait des rénovations minimes.

Avec l’aimable autorisation de Roy Patrick

Patrick dit que sa première rencontre avec sa nouvelle maison était moins que prometteuse.

Il rappelle que le maire a dû monter une échelle pour entrer dans une fenêtre afin d’ouvrir l’immeuble. Il était fermé depuis des décennies et la porte était bloquée, les clés introuvables.

Un désastre structurel ultérieur s’est transformé en une histoire positive. Lorsqu’une veille de Noël, une cheminée instable s’est effondrée à cause de fortes chutes de neige, l’un des voisins de Patrick s’est porté volontaire pour grimper sur son toit pour le sécuriser. Patrick dit qu’il a été étonné quand l’homme a refusé d’être payé.

Les gens sont accueillants, dit-il, ils veulent aider les nouveaux arrivants et ne veulent rien en retour. Tout au plus un verre de vin rouge capiteux à siroter ensemble.

Patrick dit qu’il s’est fait beaucoup d’amis dans le village et qu’il apprécie ses dîners italiens avec eux.

Au cours des rénovations minimales nécessaires pour rendre la vieille école habitable, Patrick dit qu’il a déterré un trésor de trouvailles historiques.

Dans le grenier, il a découvert des vestiges de l’ancienne vie du bâtiment : des tas poussiéreux de vieux manuels scolaires, des encriers, des bouteilles en verre, des registres d’élèves et d’autres objets insolites rappelant l’époque révolue où 20 élèves étaient scolarisés dans ce qui est aujourd’hui le salon de Patrick.

Sur le pas de la porte se trouve une mosaïque avec des chiffres romains indiquant l’année de construction de l’école. Patrick a décidé de conserver les sols carrelés d’origine et les murs recouverts de bois.

Carrega, où de nombreuses personnes vendent leurs maisons familiales vides pour aussi peu que 12 000 $, se sent également figée dans le temps à bien des égards.

Une vie tranquille

Acheteur britannique Carrega-route jusqu'à la maison c Commune. Carrega

Le village endormi est à des kilomètres des commerces, bars ou restaurants les plus proches.

Avec l’aimable autorisation de la commune Carrega

Situé dans les montagnes des Apennins, il est dispersé dans 15 quartiers habités et deux hameaux fantômes. Dans un quartier, il n’y a que deux résidents. Les gens se saluent et discutent depuis leurs balcons de fenêtre.

Alors que Carrega décharge des propriétés bon marché depuis quelques années, les autorités mettent encore occasionnellement des bâtiments abandonnés aux enchères. Quelques maisons en ruine ont récemment été vendues entre 6 000 $ et 7 000 $. Un autre lot de deux propriétés vient d’être mis sur le marché.

Patrick a quelques conseils à donner à ceux qui sont tentés par l’idée d’acheter une maison ici : ne vous attendez pas à un buzz social et préparez-vous à des routes cahoteuses et piégeuses.

Il n’y a absolument rien, dit-il, juste de superbes vues, du silence, de l’air pur et un environnement vierge. Pas de bars, supermarchés, magasins ou restaurants. Un véhicule est indispensable pour se déplacer.

Cependant, Carrega prend vie en été, lorsque les excursionnistes et les vacanciers arrivent pour se détendre.

“Il y a ce soir-là où tous les jeunes se réunissent et organisent une énorme fête rave avec de la musique forte jusqu’au lendemain matin”, explique Patrick. “Sinon, ce ne sont que des gazouillis d’oiseaux et un silence total. Je me sens coupable si j’utilise une tronçonneuse.”

L’école à deux étages a des murs de pierre épais et de hauts plafonds. Il fait, dit Patrick, très froid en hiver lorsqu’il est inoccupé pendant quelques semaines et met un certain temps à se réchauffer. Lorsque la neige s’accumule, il est difficile de se frayer un chemin jusqu’à la porte.

Patrick s’est occupé lui-même de l’ensemble de la rénovation de l’école – rénovations de plomberie et de chauffage incluses. Il repeint les murs extérieurs en blanc et égaya de vieux volets jaunes avec une couche de peinture verte.

Le recâblage était délicat, dit-il.

“Le câblage était typique d’un petit vieux village italien – effrayant et peu adapté aux équipements technologiques modernes. Je ne pouvais allumer que les lumières, rien d’autre, pas même le micro-ondes. Il avait quelques kilowatts de puissance et n’arrêtait pas de trébucher. “

Cuisine ‘effroyable’

Acheteur britannique Carrega-Connio house cuisine originale c Patrick

Patrick dit qu’il a arraché la vieille kitchenette ‘effroyable’.

Avec l’aimable autorisation de Roy Patrick

La maison avait quelques accessoires lorsque Patrick l’a achetée, mais il s’est débarrassé de la kitchenette “choquante et horrible” qui avait été utilisée par la famille qui y vivait après la fermeture de l’école. Pour les meubles, il a visité les marchés aux puces locaux, en gardant un œil sur les objets inhabituels.

« La décoration intérieure est éclectique, il y a un peu de moderne et de rétro : une table en marbre typiquement italien, des meubles de cuisine en bois ancien, des tableaux bucoliques, une tête de sanglier momifiée, un fauteuil confortable. Le rouge est la couleur prédominante. poêle rouge, un micro-ondes rouge, une bouilloire rouge, des chaises rouges. J’ai une belle couverture électrique pour me garder au chaud, ce qui est mon luxe.”

Patrick dit qu’il a un sentiment d’amour-haine pour les panneaux de pin qui recouvrent les murs intérieurs. Son premier mouvement fut de l’arracher, mais comme il était en bon état et créait une ambiance chaleureuse, il décida de le laisser en place.

“Je me pince encore, je ne peux pas croire à ma chance”, dit-il. “L’école était en pleine forme, les plafonds étaient beaux. Le grand restyle est terminé mais c’est toujours un travail en cours, à chaque fois que je visite il y a quelque chose à faire. Je ne me détends jamais, je travaille toujours sur de petites réparations. J’aime dépenser le temps de réfléchir à la façon d’améliorer les choses.”

Lorsqu’il ne répare pas, Patrick passe le temps à cuisiner et à écouter de la musique – lorsque les habitants entendent les mélodies jouées depuis sa fenêtre, ils savent qu’il est de retour en ville et que c’est l’heure de la fête.

Même si la rénovation ne lui a pas coûté une fortune étant donné que la propriété était loin d’être vétuste, tout n’a pas été simple.

Patrick dit qu’il avait besoin d’apporter des échafaudages pour réparer et peindre l’extérieur – ce qu’il se souvient comme une tâche assez “dangereuse” – et qu’il a dû installer une nouvelle douche dans la salle de bain car il n’y avait que des toilettes.

« J’ai dû lutter contre une série de problèmes », dit-il. “Au Royaume-Uni, je sais exactement où aller pour acheter les outils et le matériel dont j’ai besoin. Mais à Carrega, je n’en avais aucune idée. Alors d’abord, vous devez savoir où aller en voiture et quel magasin ou quelle personne rechercher avant de commencer le travail, vous devez le planifier.”

Un autre problème est qu’il a eu du mal à assurer la maison étant donné qu’elle est située, comme de nombreuses belles régions d’Italie, dans une zone sujette aux tremblements de terre.

Le meilleur conseil que Patrick souhaite partager avec les personnes qui envisagent d’acheter une maison à Carrega est de bien réfléchir à l’avance.

“A part une livraison hebdomadaire de fromage avec des gens qui frappent aux portes, il n’y a absolument rien du tout dans le village.”

Les provisions doivent être achetées dans le village voisin de Cabella, qui, bien qu’à moins de 16 km, met plus de 30 minutes à atteindre le long d’une route jonchée de virages en épingle à cheveux.

“Croyez-moi, ce n’est pas une belle promenade le long de ces routes de montagne étroites, en particulier lorsqu’elles sont couvertes de neige vierge toute neuve. Cela peut être effrayant.”


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page