Auto-Moto

Essai Nissan Qashqai : retour en force


Totalement renouvelé, le Nissan Qashqai met les petits plats dans les grands pour cette nouvelle génération. De quoi lui permettre de revenir au sommet ?

C’est une histoire qui dure depuis 2007. A ce moment-là, les véhicules surélevés étaient alors très rares sur le marché, destinés à une clientèle bien spécifique de professionnels et d’amateurs de balades en forêt. Et voilà qu’un beau jour débarque le Nissan Qashqai, amenant avec lui l’appellation « crossover », encore totalement inconnue. Si l’accueil fut évidemment prudent, voire un peu sceptique, le succès fut néanmoins au rendez-vous pour celui qui devint le pionnier d’un segment qui n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil des années. Au total, ce ne sont en effet pas moins de trois millions d’exemplaires qui ont été écoulés en Europe en quatorze ans, dont plus de 300 000 rien qu’en France sur cette même période. Une vraie réussite pour celui qui reste aujourd’hui le best-seller de la marque sur le Vieux Continent, même si les ventes ont quelque peu stagné ces dernières années. Eclipsé par une Peugeot 3008 qui reste toujours dans le top 10 des modèles les plus vendus en France, celui qui s’est peu à peu transformé en SUV était alors peu à peu passé dans l’ombre.

Plus désirable que jamais

Autant dire que Nissan avait tout intérêt à réussir cette 3ème génération, au risque de perdre une grosse partie de sa clientèle. Nous aurions donc pu croire que la marque n’allait pas trop se mouiller, notamment au niveau du style. C’est mal la connaitre. Les designers ont en effet très largement retravaillé le style du SUV en le transformant radicalement, tout en réussissant à conserver un lien avec la précédent version. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est plutôt réussi, ce Qashqai gagnant très largement en prestance et en caractère. Si la calandre en V, déjà bien connue a été conservée, celle-ci a évidemment été modernisée et s’intègre désormais mieux à la face avant. Les optiques, très fines, s’installent quant à elles dans le prolongement de cette dernière, adoptant une forme de boomerang très originale. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle mouture ne manque pas de personnalité ! L’ensemble est plus musclé et affiche des lignes très désirables, et il n’a plus à rougir face à la Peugeot 3008, au contraire ! L’arrière conserve quant à lui un lien de parenté assez fort avec l’ancienne version, tout en modernisant cependant son dessin et sa signature lumineuse.

Mais là où ce Qashqai a fait de vrais progrès, c’est surtout à l’intérieur, alors que la qualité perçue était l’un de ses gros points noirs. Sur ce point, les choses se sont très nettement améliorées, alors que les matériaux sont de meilleure facture et que les ajustements sont bien plus soignés, sans être encore tout à fait parfaits pour autant. On notera cependant la présence de quelques plastiques durs un peu disgracieux, mais rien de très grave pour autant. Si la présentation reste toujours un peu austère, surtout par rapport à l’extérieur aux lignes très originales, l’ensemble a cependant fait un vrai bond en avant. On notera en effet l’arrivée d’un tout nouvel écran tactile de 9 pouces, au design revu. Désormais posé sur la planche de bord, celui-ci intègre un système d’info-divertissement en nette progression, avec des graphisme plus dans l’air du temps. De son coté, le combiné numérique de 12,3 pouces est plutôt agréable à regarder, bien que le design et les animations pourraient rappeler ce qui se fait sur la Peugeot 3008…  Avec une taille en hausse, ce nouveau Qashqai accueille toujours aussi bien ses occupants, qui profitent toujours d’une belle habitabilité. Bonne nouvelle, le coffre gagne quant à lui 70 litres, afin d’atteindre les 504 litres.

De gros progrès à noter

Si une version hybride baptisée ePower fera son arrivée dans la gamme dans les mois à venir, les premiers clients de ce nouveau Nissan Qashqai devront se contenter d’un seul moteur. Il s’agit alors du quatre cylindres 1,3 litres essence équipant déjà l’ancienne génération et certains modèles Renault, dont la Mégane et le Kadjar. C’est donc celui-ci que nous avons pu tester lors de notre prise en mains, qui nous aura emmené sur les belles routes du sud de la France. Pas de diesel donc, sur cette nouvelle mouture, qui fait cependant la part belle à la micro-hybridation, via un système 12 volts. Si le bloc 1.3 DIG-T se décline en deux niveaux de puissance, à savoir 140 et 158 chevaux, nous avons opté pour la seconde version, alors associée à une boite Xtronic à variation continue, déjà présente sur d’autres modèles de la gamme. Si tout le monde n’appréciera pas ce type de transmission, celle-ci a n’a cependant plus grand-chose à voir avec les premières boites CVT. Ici, le confort est de mise, et la sensation de latence puis d’emballement a totalement disparu.

Si les 158 chevaux ne sont pas de trop pour mouvoir la tonne et demi de l’engin, l’hybridation n’apportera quant à elle pas grand-chose, hormis 6 Nm, faisant passer le total à 270 Nm. Ne vous attendez donc pas à être collé au siège lors de l’accélération, mais qu’importe car ce Qashqai n’est pas vraiment fait pour ça. En revanche, il excelle sur les voies rapides, grâce à ses suspensions souples et sa direction légère, tandis que les jantes de 20 pouces de notre version d’essai n’affectent pas trop le confort général. Reposant sur la plateforme CMF-C de l’alliance Renault-Nissan, ce nouveau Nissan Qashqai a aussi fait un vrai bond en avant sur le plan dynamique. Sans forcément être aussi agile qu’une Peugeot 3008, reine de la catégorie sur ce point, le SUV a très largement évolué, profitant alors d’un châssis très sain et rassurant. Un sentiment de sécurité également distillé par la dotation technologique en nette progression, alors que le système de conduite semi-autonome ProPilot a évolué et a gagné en efficacité.

Essai Nissan Qashqai : notre verdict

Une très bonne surprise que ce Nissan Qashqai, qui a désormais toutes les cartes en mains pour revenir au niveau des stars de la catégorie.

On aime

  • Son style
  • Sa dotation de série
  • Ses prestations routières

On aime moins

  • L’hybridation légère qui n’apporte pas grand-chose
  • La planche de bord austère

Essai Nissan Qashqai : fiche technique

ACHETER

  • Version essayée : 34 590 €
  • À partir de 28 990 €
  • Conso moyenne constructeur/durant l’essai (l/100 km) : 6,3/8,1
  • CO2/malus : 142/240 €
  • Puissance fiscale : 8 CV
  • Pays de fabrication : Angleterre

Gamme proposée

  • Essence de 140 à 158 ch, de 28 590 € à 43 790 €

CONDUIRE

  • Moteur : essence, mild-hybrid 12 volts, quatre cylindres en ligne, 1 332 cm3, 16 soupapes
  • Transmission: Variation continue Xtronic à sept vitesses en mode séquentiel
  • Puissance (ch à tr/min) : 158 à 5 000
  • Couple (Nm à tr/min) : 270 à 1 800
  • Poids à vide (kg) : 1 450
  • Long.xlarg.xhaut. (m) : 4,43×1,84×1,63
  • Empattement (m) : 2,67
  • Réservoir (l) : 55
  • Vitesse maxi (km/h) : 199
  • 0 à 100 km/h : 9,2
  • Pneus de série : 215/65 R17, 235/55 R18

VIVRE

  • Coffre à 5/à 2 (l) : 504/1 593

OPTIONS CONSEILLÉES

  • Pack ProPILOT sur N-Connecta : 1 100 €
  • Pack Drive Assist sur N-Connecta : 1 110 €
  • Pack Hiver sur N-Connecta et Tekna : 750 €

PRINCIPALES CONCURRENTES

  • Hyundai Tucson 1.6 T-GDi 150, 150 ch, à partir de 29 900 €
  • Peugeot 3008 PureTech 130, 130 ch, à partir de 31 450 €
  • Renault Kadjar TCe 160 EDC, 160 ch, à partir de 36 500 €

A lire également sur Auto-Moto.com :

Nissan Qashqai : découvrez la gamme et les tarifs

Nouveau Nissan Qashqai 2021 : prix, infos, photos et VIDEO

Occasion diesel : Nissan Qashqai “2” dCi 130


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page