Santé

Deux nouveaux types de cellule découvertes dans le cerveau des souris


Dans le cerveau de souris adultes, des scientifiques ont observé la naissance de deux types de cellules gliales jusqu’alors inconnues. 

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Cerveau en 3D réalisé grâce à l’IRMa 3D
  En utilisant le nouveau logiciel d’IRMa 3D, une animation 3D peut être créée à partir d’une image IRM. Le détail frappant de ces mouvements amplifiés animés peut aider à identifier des anomalies, telles que celles causées par des blocages de fluides rachidiens, comprenant le sang et le liquide céphalorachidien dans le cerveau. 

Le cerveau est un organe incroyablement plastique, particulièrement dans l’enfance où les neurones naissent et se connectent aux autres facilement. À l’âge adulte, le cerveau est un peu plus rigide, mais peut encore créer de nouveaux neurones. L’hippocampe, le gyrus denté et la zone sous-ventricule sont des zones cérébrales qui contiennent encore des cellules souches neurales, chez les individus adultes. 

Des scientifiques de l’université de Bâle, en Suisse, ont découvert deux nouveaux types de cellules gliales, les cellules qui soutiennent les neurones dans le cerveau, chez des souries adultes. Cette observation a été publiée dans le journal Science.

Des nouvelles cellules dans le cerveau des souris

Les cellules souches neurales peuvent se transformer en neurones ou en cellules gliales lorsqu’elles sont activées. La zone sous-ventricule contient des cellules souches qui forment les neurones du bulbe olfactif. Chez les adultes, ces cellules souches sont en dormance. Un interrupteur, lorsqu’il est actif, les maintient dans cet état. Les scientifiques suisses ont pu identifier cet interrupteur : le récepteur PDGFR-β. Une fois de ce dernier désactivé, ils ont observé les cellules se différencier.

« Certaines cellules souches ne se développent pas en neurones, mais en deux nouveaux types de cellules gliales », explique Fiona Doetsch, à la tête de ce groupe de recherche, dans un communiqué de presse. L’une d’entre elles est située dans une zone plutôt surprenante. « Ce qui est était plutôt inattendu, c’est qu’un type de cellule gliale est attaché à la surface de la paroi du ventricule, plutôt qu’au tissu cérébral », s’étonne-t-elle.

Ces nouvelles cellules gliales ne sont pas encore bien caractérisées et leurs fonctions demeurent inconnues, mais les chercheurs ont déjà des pistes. Elles semblent être impliquées dans les processus de démyélinisation. La destruction de la gaine de myéline est liée à plusieurs maladies, comme la sclérose en plaque ou le syndrome de Guillain-Barré. Ces cellules n’ont pas encore été identifiées chez l’être humain.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page