Politiques

ce qu’il faut savoir du scrutin dans les Hauts-de-France


Xavier Bertrand parviendra-t-il à franchir la première étape de son chemin vers la présidentielle ? L’ancien poids lourd de LR a lié sa candidature en 2022 à sa réélection à la tête des Hauts-de-France. Les sondages le donnent pour l’instant gagnant lors des élections régionales qui se tiennent les dimanches 20 et 27 juin. Mais la campagne n’est pas terminée.

>> Retrouvez les résultats des régionales dans les Hauts-de-France dès leur officialisation dimanche 20 juin

Qui est le président sortant ?

Xavier Bertrand est le président sortant de la région Hauts-de-France, qui rassemble les ex-régions Nord-Pas-de-Calais et Picardie. Il doit notamment son élection, en 2015, au désistement de la gauche qui avait préféré faire barrage au Front national. Elu avec l’étiquette des Républicains, il a quitté le parti en 2017 lorsque Laurent Wauquiez en a pris la tête. “Nous sommes dans une dérive. Je ne reconnais plus ma famille politique, alors j’ai décidé de la quitter“, avait-il lancé.

Quelles sont les listes en présence ?

Sept listes ont été déposées pour cette bataille électorale. Le président sortant ex-LR, Xavier Bertrand, n’affrontera pas Marine Le Pen comme en 2015, mais un de ses proches lieutenants, Sébastien Chenu, ex-UMP et député RN du Nord. L’eurodéputée écologiste Karima Delli fait figure d’exception dans cette campagne si l’on regarde les autres régions. Elle a réussi l’union de la gauche et des écologistes puisqu’elle est soutenue par le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Ecologie Les Verts, la France insoumise et les Radicaux de gauche.

>> Lire aussi : dans les Hauts-de-France, découvrez qui sont les candidats

Du côté de la majorité présidentielle, c’est Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat chargé des Retraites et de la santé au travail, qui mène la liste, flanqué de quatre autres membres du gouvernement : le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, le garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, la ministre déléguée chargée de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher, et Alain Griset, chargé des PME.

Eric Pecqueur, ouvrier dans une usine Toyota, est le candidat de Lutte Ouvrière tandis que José Evrard, député du Pas-de-Calais élu sous les couleurs du RN en 2017, portera les couleurs de Debout la France. Enfin, Audric Alexandre, engagé avec le Parti des Citoyens Européens, est à la tête d’une liste pro-européenne.

L’histoire qui agite la campagne

C’est un duel qui en cache un autre. Pour contrer le manque de notoriété de son candidat Laurent Pietraszewski, la macronie a envoyé un poids lourd en la personne d’Eric Dupond-Moretti. Le ténor du barreau devenu ministre de la Justice, tête de liste dans le Pas-de-Calais, est entré en campagne en s’attaquant au Rassemblement national. “Le Front national est, pour moi, un véritable danger pour la démocratie”, déclare-t-il lors d’un déplacement à Lens, début mai. Dénonçant un parti “qui salit cette terre”, EDM cible aussi directement Marine Le Pen qui “ment”, “se nourrit du malheur” et propose “le totalitarisme”. La principale intéressée ironise en dénonçant “l’obsession” du ministre à son égard et tente cette comparaison osée : “Il paraît qu’il reste quelques bracelets anti-rapprochement en rab, je suis preneuse…”

En réalité, cette passe d’armes très médiatique cache un affrontement plus souterrain. La candidature d’Eric Dupond-Moretti est aussi destinée à gêner Xavier Bertrand dans sa course à la présidentielle. Une stratégie qui ne fait pas peur à l’ancien ministre de la Santé. “Macron est en train de lui rendre service et de lui offrir la dramaturgie dont il a besoin. Plus c’est médiatisé, mieux c’est ! Macron n’a aucun sens politique, Xavier Bertrand va gagner malgré Eric Dupond-Moretti et tous les autres”, assurait avec aplomb son entourage à franceinfo mi-mai.

Qui part favori ?

A quelques semaines du scrutin, la réélection de Xavier Bertrand à la tête des Hauts-de-France semble l’hypothèse la plus probable. Tous les sondages le donnent gagnant, même si le RN est, encore une fois dans cette région, annoncé très haut. Le sondage Ipsos/Sopra Steria pour franceinfo publié le 2 juin crédite ainsi le président sortant de 36% des intentions de vote. Sébastien Chenu arrive deuxième avec 32% des suffrages. Suivent ensuite Karima Delli (17%) et Laurent Pietraszewski (10%).

>> Ce que disent les derniers sondages pour votre région

Pour le second tour, Xavier Bertrand est donné gagnant quelle que soit la configuration. Dans l’hypothèse d’une quadrangulaire il obtiendrait 38% des voix, devant Sébastien Chenu (33%), Karima Delli (18%) et Laurent Pietraszewski (11%). En cas de triangulaire sans le candidat LREM, Xavier Bertrand est crédité de 43% des suffrages, contre 36% pour Sébastien Chenu et 21% des voix pour Karima Delli.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page