Santé

Même en temps de Covid-19, l’allaitement est toujours recommandé


Le lait de mères infectées par la Covid-19 ne contient pas de traces du virus mais est en revanche vecteur d’anticorps, selon une étude menée par la recherche publique espagnole. L’allaitement est donc toujours préconisé même en cas de contamination.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Pourquoi les vaccins à ARN fonctionnent mieux chez les hommes que chez les femmes
  La plupart des vaccins sont plus efficaces chez les femmes que chez les hommes. Mais pour les vaccins à ARN comme ceux de Moderna ou de Pfizer, c’est tout l’inverse ! 

Les mamans infectées par la Covid-19 peuvent-elles toujours allaiter sans exposer leur bébé au coronavirus ? Selon une étude menée dans le cadre d’une initiative appelée MilkCorona du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC) et d’un hôpital universitaire de Valence, aucun des 60 échantillons de lait maternel analysés par les scientifiques ne contient de traces de l’ARN du coronavirus. Les femmes qui allaitent, et qui ne présentent pas de formes graves de la Covid-19 peuvent donc allaiter sans risque. Cela est même recommandé, pour les femmes qui le désirent, car le lait maternel est vecteur d’anticorps dirigés contre le coronavirus.

Trois classes d’anticorps ont été recherchées dans le lait maternel des femmes, les IgG, les IgA et les IgM. La plupart des échantillons (82,9 %) contient au moins l’une des trois classes d’anticorps, quand plus de la moitié (52,9 %) sont positifs pour les trois. Seulement 17,1 % des échantillons ne contiennent aucun anticorps contre le coronavirus. 

Le lait maternel contient-il des anticorps après la vaccination ?

Une seconde étude menée par la même équipe de scientifiques s’est intéressée aux anticorps présents dans le lait maternel à la suite de la vaccination anti-Covid. Des femmes allaitantes et vaccinées par la formule de Pfizer, de Moderna ou d’AstraZeneca ont fourni des échantillons de lait après l’injection et jusqu’au 30 jours après la seconde dose pour les vaccins à ARNm (il n’y a pas de données après la seconde dose pour AstraZeneca). Les scientifiques ont la présence d’IgA et d’IgG dirigés contre la protéine S.

Les deux classes d’anticorps montent en flèche après la première dose et encore plus après la seconde. Mais, il y a des subtilités entre les vaccins. Les vaccins à ARNm stimulent bien le système immunitaire et des anticorps sont présents dans le lait maternel, notamment les IgG. Les IgA augmentent aussi, mais en proportion plus faible. Des anticorps ont aussi été détectés dans le lait maternel des femmes vaccinées par AstraZeneca mais en quantité beaucoup plus faible.

Néanmoins, les scientifiques observent de grandes variations dans la quantité d’anticorps entre les femmes. Pour le même vaccin, certaines ont développé deux fois plus d’anticorps que d’autres. Si des anticorps contre le coronavirus sont présents dans le lait maternel, les scientifiques ne savent pas encore s’ils protègent effectivement les bébés de l’infection.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page