Sports

France-Allemagne a failli tourner au drame

Le choc de l’Euro entre l’équipe de France et l’Allemagne, mardi soir à Munich, a manqué de virer au drame. Explications.

« Un acte inconsidéré », selon l’UEFA ; « une action intolérable », aux yeux de la Fédération allemande de football ; et surtout « un comportement irresponsable et dangereux » pour la chancelière Angela Merkel, qui a réagi via son porte-parole, l’opération imaginée par Greenpeace mardi soir en marge de la rencontre de l’Euro entre la France et l’Allemagne fait l’unanimité contre elle. Et pour cause…

Le stade de Munich a failli être le théâtre d’un terrible accident alors qu’un ULM aux couleurs de l’ONG de protection environnementale s’est crashé sur la pelouse de l’Allianz Arena. Pris dans un câble de la « spider cam », cette caméra aérienne utile à la réalisation TV pour les plans larges, l’objet volant motorisé a manqué de s’écraser dans une tribune, blessant à son passage néanmoins un supporter français et un spectateur ukrainien aussitôt transportés à l’hôpital. Pour des maux sans gravité heureusement.

Le premier adjoint de Didier Deschamps, Guy Stéphan, a lui-même reçu un projectile quand l’ULM a chuté. « On a frôlé le drame, déplorait à l’issue de la rencontre le sélectionneur tricolore. Ce n’est pas passé loin. Il y a une personne dans le public qui a eu un petit souci. Ça aurait pu être bien plus grave que ça. Quand on voit des évènements comme ça, il faut relativiser… parce que la vie peut vite basculer vite. »

Les snipers étaient sur le qui-vive

Celle de l’activiste écologiste comprise puisque les autorités bavaroises assurent ce mercredi que l’intéressé a bien failli être abattu. « Les tireurs d’élite l’avaient déjà dans le viseur, indique le ministre de l’Intérieur de la région. Si la police avait déterminé qu’il s’agissait d’un acte terroriste, il l’aurait payé de sa vie. » Interpellé dans la foulée de son crash, l’homme âgé de 38 ans sera jugé sous peu pour « blessures dangereuses, intrusion, menace de la sécurité aérienne et autres infractions à la législation aéronautique », précise la police allemande.

Greenpeace, qui visait à travers cette action le groupe Volkswagen, sponsor de l’Euro, a présenté ses excuses dans un communiqué, soulignant que l’ULM, selon le plan initial, « aurait dû survoler le stade et laisser tomber un ballon en latex avec la mention « Kick out Oil » (« A bas le pétrole »). Des difficultés techniques l’ayant forcé à atterrir dans le stade. »

Lire aussi :Les Bleus frappent un grand coupPogba mordu en plein match ! (vidéo)Deschamps: « Un match de costauds »




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page