Economie

« L’évolution de l’assiette vers le “moins et mieux” de produits d’origine animale est essentielle pour soutenir les filières de qualité »

Tribune. Depuis plusieurs décennies, l’omniprésence des publicités incitant à consommer des produits ultra-transformés et nocifs pour la santé, et les modes de fabrication alimentaire qui se sont fortement industrialisés, menacent la santé des Français.

De ce fait, mais aussi en raison de contraintes budgétaires, de la structure des prix, ou parce que l’offre de produits frais et bio est insuffisante voire inexistante dans certains lieux de vies, les Français ne peuvent pas consommer suffisamment de fruits et de légumes frais et de protéines végétales (comme les légumes secs).

A contrario, nous consommons trop de produits industriels ultra-transformés et de produits d’origine animale (viande, produits laitiers…), souvent de mauvaise qualité. Cette tendance est alarmante pour ses effets délétères sur notre santé. L’OMS et l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) sont formels : la sous-consommation de produits frais d’origine végétale et la surconsommation de produits d’origine animale, qui plus est lorsqu’ils sont ultra-transformés, favorisent l’obésité, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Loi « climat » : le Sénat se montre ambitieux sur certains aspects

Cette tendance est d’autant plus inacceptable qu’elle ajoute de l’injustice aux inégalités existantes : plus le revenu faiblit, et plus l’on est susceptible d’être victime de ces « maladies alimentaires », avec pour résultat une aggravation des inégalités sociales de santé déjà existantes.

Inégalités sociales de santé

De surcroît, les achats de produits d’origine animale et de produits industriels pèsent lourd dans le budget alimentaire des ménages et dans celui de la restauration collective, ce qui constitue un frein à l’amélioration de la qualité des produits consommés.

Favoriser la réduction de leur consommation tout en valorisant davantage les fruits et légumes frais, les légumes secs et les produits issus d’élevages de meilleure qualité (viande garantie par des labels officiels dont bio, ou issue d’élevages paysans, œufs bios et de plein air…), en particulier dans la restauration collective, nous paraît ainsi indispensable pour assurer à chacun l’accès à une alimentation plus saine et durable.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Agriculture : « La viande cultivée se voit déjà privée de cantine »

L’évolution de l’assiette vers le « moins et mieux » de produits d’origine animale est également essentielle pour développer et soutenir les filières de qualité de fruits et légumes, de légumes secs et d’élevage en France : aujourd’hui, une part significative des aliments consommés par les Français est importée. C’est en particulier le cas des viandes proposées par la restauration commerciale et la restauration collective. Favoriser la consommation d’aliments de qualité et produits sur le territoire est indispensable pour faciliter la transition agroécologique et rémunérer décemment les agriculteurs et les agricultrices français.

Il vous reste 46% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page