Politiques

des complotistes s’invitent dans le scrutin

illustration
illustration (VINCENT ISORE / MAXPPP)

En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Bretagne et Pays de La Loire notamment, les électeurs du scrutin régional des 20 et 27 juin prochain trouveront un bulletin libellé “Un nôtre monde”. Un mouvement sans étiquette, qui prône “la démocratie directe, l’écologie et la paix” avec des candidats inconnus en politique. Derrière eux, on retrouve des figures bien connues de la complosphère.

Hayssam Hoballah fait partie des instigateurs du mouvement. “Il est diplômé en finance, exerce aussi comme coach bien-être et santé holistique et s’essaye au métier d’acteur”, décrit Rudy Reichstadt, directeur du site Conspiracy Watch. “Mais surtout, c’est un activiste d’un groupuscule appelé le Conseil national de transition (CNT). Ce groupe est animé et fondé par Eric Fiorile qui a été inquiété par la justice, écroué pour ‘possession illégale d’armes à feu’ et est lié aux ‘Barjols’, un groupe d’ultra-droite qui projetait d’assassiner Emmanuel Macron. Hayssam Hoballah est aussi vidéaste et depuis un an, il a interviewé à peu près toutes les figures les plus influentes de la complosphère.”

Hayssam Hoballah porte ces listes “Un nôtre monde” aux élections régionales en compagnie de Louis Fouché, médecin réanimateur à Marseille et antivaccin. Il est devenu une véritable star du mouvement covido-complotiste. Au sujet de l’épidémie de Covid-19, il déclare notamment : “Si c’est un complot mondial de quelques salopards qui cherchent à nous asservir, ceux-là il faut qu’on les pende.”

Louis Fouché n’est pas candidat sur ces listes, il en est le chef d’orchestre comme l’explique Tristan Mendès France, maître de conférence associé à l’université de Paris, spécialiste des cultures numériques. “C’est l’inspirateur de ces mouvements au niveau national, analyse-t-il. Il les aide et les conseille. Il fait de nombreuses vidéos et il s’appuie sur une structure qui s’appelle Réinfo Covid qui a une empreinte en ligne extrêmement forte, avec beaucoup d’audience. Il pousse des contenus qui sont réutilisés, régurgités par toute la complosphère militante politique.”

Cette idéologie se retrouve ensuite dans les profils des candidats, recrutés via internet. Dans la région Pays de la Loire par exemple, la liste “Un nôtre monde” est conduite par Linda Rigaudeau, naturopathe et iridologue, une pseudothérapie fondée sur l’observation de l’iris de l’œil. Parmi ses colistiers, on retrouve des soutiens du documentaire complotiste à succès Hold-up et même un complotiste décomplexé comme tête de liste en Mayenne. Le journaliste de France Bleu Germain Treille, qui l’a interviewé, dit de lui : “C’est une personne qui remet en cause toutes les vérités : des extraterrestres seraient parmi nous, on ne serait qu’une espèce de laboratoire pour des êtres supérieurs qui viendraient d’un autre univers. Pour lui, tout est faux dans la crise sanitaire qu’on traverse.”

C’est ce cocktail de deux mouvances anti-système, complotisme et covido-scepticisme, qui a engendré cette initiative politique. “Ces listes sont les filles monstrueuses à la fois de la complosphère et de cette séquence sanitaire”, estime Tristan Mendes France.

“Le terme de dictature sanitaire est une terminologie commune à toutes ces listes.”

Tristan Mendès France

à franceinfo

Cependant, “Un nôtre monde” n’est pas la seule liste à être soutenue par des têtes d’affiche du complotisme. On peut également citer “Union essentielle” en Auvergne-Rhone-Alpes et “France démocratie directe” en Ile-de-France. Dans les urnes, le résultat sera sans doute très modeste. Mais pour ces listes peu importe, elles ont déjà gagné avec cette campagne des régionales une vitrine inespérée pour leurs idées.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page