People

Riz Ahmed soutient une étude selon laquelle les musulmans sont sous-représentés à Hollywood


L’acteur nominé aux Oscars est l’un des contributeurs d’une nouvelle étude qui se penche sur la représentation des musulmans à Hollywood.

Ahmed s’est associé à l’organisation de défense des droits Pillars Fund et à la Fondation Ford pour parrainer l’étude “Missing & Malaligned: The Reality of Muslims in Popular Global Movies”, qui a été publiée par le Dr Stacy L. Smith et l’USC Annenberg Inclusion Initiative.

“L’étude révolutionnaire comprend une exploration quantitative et qualitative de la représentation musulmane dans 200 films populaires des États-Unis, du Royaume-Uni, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande sortis entre 2017 et 2019” selon le site Pillars Fund. “Les résultats montrent l’ampleur du problème et ont incité cette coalition de voix à agir pour s’attaquer à certaines des raisons sous-jacentes du manque de musulmans dans les films populaires.”

Bien qu’il s’agisse de l’un des groupes à la croissance la plus rapide au monde, selon le Pillars Fund, l’étude a révélé que « moins de 2 % des plus de 8 500 personnages parlants dans les films examinés étaient musulmans. Lorsque les films ont été examinés par pays d’origine, 5,6 % des personnages dans 32 films australiens étaient musulmans, tout comme 1,1% des personnages dans 100 films américains et 1,1% des personnages dans 63 films britanniques.

“La représentation des musulmans à l’écran alimente les politiques mises en œuvre, les gens qui sont tués, les pays qui sont envahis”, a déclaré Ahmed dans un communiqué. “Les données ne mentent pas. Cette étude nous montre l’ampleur du problème dans le cinéma populaire, et son coût se mesure en potentiel perdu et en vies perdues.”

Dans une vidéo annonçant l’étude Ahmed a reconnu qu’il était l’un des rares acteurs musulmans d’Hollywood à pouvoir incarner des personnages « non-musulmans ou pas du tout musulmans ».

“Je me demande si je suis l’exception à la règle, quelle doit être la règle pour les gens comme moi ?”, a-t-il déclaré. « Quelle doit être la règle non écrite concernant les musulmans, un quart de la population mondiale et leur place dans nos histoires, notre culture et leur place dans notre société, le cas échéant ? »

Le rapport a également révélé que lorsque les musulmans apparaissent dans les films, ils sont massivement dépeints « comme des étrangers, menaçants et soumis, en particulier aux personnages blancs ».

Ahmed, le Pillars Fund et la Ford Foundation ont créé des bourses de 25 000 $ pour les conteurs musulmans afin d’aider à améliorer la représentation musulmane.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page