Sports

Pourquoi la Ligue 1 a trahi Canal

Les dirigeants du championnat de France ont de nouveau tourné le dos au diffuseur historique pour accueillir un nouveau partenaire, Amazon.

La Ligue 1 savoure depuis vendredi dernier. Malgré le fiasco Mediapro, qui avait récupéré 80% de la Ligue 1 en 2018 pour 780 millions d’euros, la LFP a décidé de donner les lots abandonnés par le groupe catalan à Amazon. Le géant de la distribution débarque sur le marché du football français en payant seulement 250 millions par saison, pour diffuser notamment le match du dimanche soir (dont les 10 meilleures affiches).

Depuis, Canal+ l’a vraiment mauvaise. La chaîne du groupe Bolloré pensait être en position de force, avec l’idée de diffuser les deux meilleurs matches de chaque week-end et de créer une nouvelle chaîne avec beIN Sports. Mais Vincent Labrune, le président de la ligue, a porté un coup bas à Maxime Saada, le patron de C+. Tout le conseil d’administration a été ravi de collaborer avec un nouvel acteur.

« Les présidents se sont dits: ‘on a chopé Amazon c’est formidable’. C’est le nouvel acteur, il est solide, ils ont réussi à séduire le géant mondial. Maintenant, il faut l’accrocher, lui faire cracher plus au bassinet la prochaine fois. La Ligue ne pouvait pas laisser passer cette occasion, c’était une opportunité unique », explique ainsi Daniel Riolo, le consultant de RMC Sport, bien informé sur l’actualité des droits TV.

« Ils en ont eu marre d’être traités comme des larbins »

Avant de poursuivre: « Quand Amazon est arrivé, ils ont retrouvé les balloches pour dire à Canal: ‘vous vous êtes foutus de notre gueule durant 6 mois, on a Amazon, alors allez vous faire voir’. Ils sont redevenus courageux une fois qu’Amazon a frappé à la porte. J’entends que Canal et Bolloré ont maltraité la L1, ils en ont eu marre d’être traités comme des larbins ».

Selon le journaliste, beIN, qui se montre solidaire avec Canal et ne veut pas payer le lot 3 acquis en 2018 pour 332 millions d’euros, devrait quand même respecter son contrat. Les dirigeants de la Ligue pensent en effet que le « Qatar ne lâchera pas le football français », d’autant plus que Nasser al-Khelaïfi est au bureau de la LFP. Un petit pari de Vincent Labrune, Jean-Michel Aulas et consorts qui ne doit pas aboutir à un nouveau fiasco.

Lire aussi :Canal+, l’énorme rebondissementLa Ligue 1 s’offre à AmazonLa grande menace sur le football françaisCanal+, la confidence amère de Marie Portolano


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page