Economie

un collectif de commerçants réclame « une équité de traitement » face à Amazon

Après le « Black Friday », ce sont les soldes d’été d’Amazon qui provoquent l’indignation d’un collectif de commerçants français. Dans une tribune publiée dans le Journal du dimanche (JDD) du 13 juin, « Sauvons nos commerçants » dénonce la « provocation » que constitue, selon eux, l’annonce des promotions d’été du géant du commerce en ligne Amazon les 21 et 22 juin, alors que les dates officielles des soldes en France sont fixées au 30 juin.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Sur Internet, des soldes sans le stress du Covid-19

Le collectif, affirmant parler au nom de plus de 500 000 commerçants de proximité et un million de salariés, demande à Bercy une « équité de traitement entre toutes les formes de commerce », dans une tribune intitulée « le match truqué d’Amazon ».

« En captant un maximum de clientèle et de pouvoir d’achat avant que les consommateurs ne soient autorisés à profiter des soldes chez leurs commerçants, Amazon brise ce moment attendu par les commerces physiques pour écouler leurs stocks accumulés durant le confinement et refaire leur trésorerie », rapporte le texte.

Lire aussi Bruno Le Maire souhaite que les soldes d’été soient repoussés au 30 juin, au lieu du 23

Une « déclaration de guerre économique »

Alors qu’Amazon organise ordinairement un événement promotionnel la troisième semaine de juillet, le collectif se demande si le géant américain de la vente en ligne, « ayant engendré 44 milliards d’euros de chiffre d’affaires en Europe en 2020 et n’ayant payé aucun centime d’impôt sur les sociétés en France », veut ainsi « se soustraire à la nouvelle réglementation européenne sur la TVA qui entrera en vigueur au 1er juillet ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fiscalité des multinationales : l’optimisme de Bercy

A compter du 1er juillet 2021, s’appliquera une réforme de la TVA sur le commerce en ligne, adoptée en 2017 par le Conseil de l’Union européenne (UE). Toutes les entreprises hors UE et dans l’UE vendant des services et des marchandises en ligne à des particuliers européens (sites web, market-places, réseaux sociaux…) sont concernées par la réforme.

« La puissance financière d’Amazon lui permet désormais de transgresser les règles établies et les équilibres économiques à son seul avantage » stipule le texte qui qualifie l’avancée des dates promotionnelles d’Amazon de « déclaration de guerre économique » à laquelle le gouvernement « doit mettre fin sans délai ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Après avoir vassalisé les commerçants, Amazon tente de le faire avec les industriels »

Jugeant « urgent » de « rétablir en France une équité de traitement entre toutes les formes de commerce », la tribune pointe notamment « l’assujettissement des entrepôts e-commerce à l’autorisation d’exploitation commerciale qui sera défendue la semaine prochaine au Sénat dans le cadre du projet de loi climat ».

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page