Technologie

la modernisation du réseau d’Orange à l’origine du problème


L’opérateur historique publie les premières conclusions tant attendues de son enquête interne diligentée après la panne dramatique des numéros d’urgence du 2 juin dernier. Elle a été menée par l’Inspection générale du groupe.

Un bug dans les call servers

Comme annoncé très vite la semaine dernière par la patronne d’Orange France Fabienne Dulac, il y a eu un dysfonctionnement au niveau de l’interconnexion entre les services voix mobile, voix sur IP et le réseau commuté.
Mais ce que l’on sait de nouveau, c’est qu’il aurait été provoqué par « une opération de modernisation et d’augmentation capacitaire du réseau, débutée début mai, pour répondre à l’accroissement du trafic», peut-on lire dans le communiqué de presse.

Un bug a eu lieu dans les logiciels des call servers sur les équipements d’un fournisseur. Et il a perturbé les six sites pourtant prévus pour prendre le relai en cas de problème. Un correctif a depuis été déployé.

Accélérer la migration vers la technologie IP

L’Inspection générale d’Orange en profite pour émettre des recommandations. Elle suggère de réduire à 30 minutes le délai déclenchant une cellule de crise et d’accélérer la migration du réseau RTC vers la technologie IP pour les centres d’appel des services publics et des entreprises.

Elle propose également de mettre en place un numéro dédié pour les parties prenantes, de diffuser massivement des SMS en cas de panne, et de procéder à une analyse comparative avec des incidents similaires en Europe et aux Etats-Unis.

A découvrir aussi en vidéo :

Le président d’Orange, Stéphane Richard, signale enfin qu’il veut pousser l’idée d’un cellule chargée de répertorier les dysfonctionnements au niveau mondial pour partager leurs enseignements entre opérateurs.

Le groupe va poursuivre ses investigations en collaboration avec les services de l’Etat et l’ANSSI.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page