Economie

François Fillon proposé au directoire d’un groupe pétrolier appartenant à l’Etat russe

L’ancien premier ministre François Fillon sur un plateau de télévison en janvier 2020.

Selon un document officiel russe rendu public vendredi 11 juin, François Fillon serait sur le point de rejoindre un groupe public russe actif dans le pétrole. Ce document, un décret signé par le premier ministre Mikhaïl Michoustine, « propose » la candidature de l’ancien premier ministre français au conseil des directeurs de Zaroubejneft, une société détenue à 100 % par l’Etat russe. M. Fillon y serait « représentant de la Fédération de Russie », selon le texte.

L’ancien candidat à la présidentielle y est présenté uniquement comme « président d’Apteras », la société de conseil qu’il a fondée en 2017 et qui travaille déjà avec des entreprises françaises implantées en Russie.

Proximité de Zaroubejneft avec le pouvoir russe

Cette candidature doit encore être entérinée par Zaroubejneft, mais à moins d’un revirement de l’homme politique lui-même, il ne devrait s’agir que d’une formalité, puisque la société, publique, est tenue d’obéir au décret de M. Michoustine.

Cette entreprise, peu connue, ne fait pas partie des géants du secteur. Fondée en 1967, elle est principalement active dans l’exportation d’hydrocarbures et l’exploitation de pétrole à l’étranger, traditionnellement en Algérie, au Vietnam, en Libye, en Syrie et à Cuba. Depuis la fin des années 2000, elle a aussi mené des projets d’extraction et de raffinage dans les Balkans, en Amérique latine et dans le nord de la Russie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi François Fillon et son très cher carnet d’adresses

Signe de la proximité de Zaroubejneft avec le pouvoir russe, son actuel président du directoire est Evgueni Mourov, ancien chef du FSO, le service de sécurité chargé de la protection des hautes personnalités, président y compris. Dans le passé, elle a aussi eu pour dirigeant Nikolaï Tokarev, l’un des associés de Vladimir Poutine au sein de la coopérative Ozero, un regroupement à l’origine amical actif dans les affaires dans les années 1990.

Cette possible arrivée de M. Fillon dans un groupe public russe suit de peu celle de Karin Kneissl, ancienne ministre autrichienne des affaires étrangères, qui a rejoint, le 2 juin, le conseil d’administration du géant pétrolier Rosneft.

Pour un rapprochement avec Moscou

Autre cas emblématique, plus ancien, celui de Gerhard Schröder, nommé à la tête du conseil de surveillance du gazoduc Nord Stream peu après son départ de la chancellerie allemande, en 2005, puis élu président du conseil d’administration du géant pétrolier russe Rosneft en septembre 2017. Depuis, les tensions entre Moscou et l’Union européenne n’ont cessé de croître, de même que la répression par le pouvoir politique russe des voix dissidentes.

Il vous reste 21.76% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page