People

Critique de “The Hitman’s Wife’s Bodyguard”: Ryan Reynolds et Samuel L. Jackson rechargent leur comédie d’action idiote avec un rôle plus important pour Salma Hayek


L’opportunité de reprendre ces rôles est venue avec une toile plus large, la suite ressemblant davantage au mashup d’un film de James Bond – seulement avec beaucoup plus de bombes F – et une comédie d’action de copains plus conventionnelle et extrêmement large.

À la base, l’intrigue sert à nouveau simplement d’excuse pour renvoyer le tueur à gages Darius Kincaid (Samuel L. Jackson) avec le garde du corps Michael Bryce (Ryan Reynolds), dans une aventure de globe-trotter impliquant Interpol, et cette fois une menace massive pour toute l’Europe.

Bryce soigne en fait un bagage émotionnel au début du film, suivant le conseil d’un thérapeute de prendre un congé sabbatique tout en jurant: “Je ne fais pas d’armes à feu en ce moment.” Mais bien sûr, il n’y a pas de film là-dedans, alors il est rapidement emmené par la femme de Darius, Sonia (Hayek), qui l’informe que son mari a été capturé par la mafia et qu’elle a besoin de son aide.

La mission de sauvetage va assez vite, mais elle sert à mettre les trois ensemble, avant qu’un agent d’Interpol (Frank Grillo) n’ait l’idée douteuse de les enrôler pour aider à déjouer un complot contre l’Union européenne orchestré par un magnat grec nommé Aristote ( Antonio Banderas), qui pourrait aussi bien s’appeler Blofeld et caresser un chat blanc.

Kincaid et Bryce se chamaillent à nouveau constamment, alors que le premier essaie d’apaiser la Sonia facilement énervée, et la seconde s’inquiète d’avoir perdu sa licence de protection privée, tout en se moquant des one-liners de manière rapide et furieuse.

Le talent impliqué ne peut presque pas s’empêcher de produire des moments amusants, et Hayek la jette dans une présence élargie qui lui permet de maudire et de tuer autant que les gars, tout en prenant une offense mortelle si quelqu’un ose mentionner son âge. Quel que soit le succès rencontré par l’original, il s’est ajouté à la boîte à outils des producteurs, y compris des camées de Morgan Freeman et (inexplicablement en termes de brièveté) de Richard E. Grant.

Encore une fois réalisé par Patrick Hughes, le film semble surtout déterminé à courir d’une fusillade ou d’une poursuite à l’autre – présentant une version moins ostentatoire de ce que les cinéphiles seront proposés dans “F9” dans quelques semaines, avec seulement un peu plus d’effusion de sang et plusieurs dizaines d’autres jurons.

À titre caritatif, “The Hitman’s Wife’s Bodyguard” représente le genre de diversion sans prétention que le public peut utiliser lorsqu’il s’aventure, dans un été où appeler quelque chose “idiot” semble moins péjoratif. Pour autant, cela devrait vraiment être plus amusant qu’il ne l’est.

L’original a été un modeste succès au box-office, ce qui signifie que ses jambes post-théâtre ont facilité cet engagement de retour. Si vous êtes tombé sur le premier dans le confort de votre maison et que pour une raison quelconque vous l’avez apprécié, soyez assuré que rien ne perdrait grand-chose en attendant que la suite le rejoigne là-bas.

“The Hitman’s Wife’s Bodyguard” sera présenté en avant-première dans les cinémas américains les 11 et 12 juin avant d’ouvrir en grand le 16 juin. Il est classé R.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page