Politiques

le chef de l’Etat dénonce des faits “isolés” commis par des “individus ultraviolents”

“Il faut respecter les fonctions dans la République et je ne lâcherai jamais ce combat”, a réagi mardi, dans un entretien au “Dauphiné libéré”, le chef de l’Etat, qui a reçu une gifle lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage, dans la Drôme.

Article rédigé par


Publié

Temps de lecture : 1 min.

Emmanuel Macron a vécu une journée animée. Quelques heures après avoir été giflé par un individu, mardi 8 juin lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage (Drôme), le chef de l’Etat a condamné fermement cette aggression dans un entretien au Dauphiné libéré“Il faut respecter les fonctions dans la République et je ne lâcherai jamais ce combat”, a expliqué le président de la République, qui a dénoncé des faits “isolés” commis par des “individus ultraviolents”.

Le chef de l’Etat, qui a voulu “relativiser” la gifle reçue, a expliqué qu’il continuerait à aller “au contact” des Français. “Je n’ai pas eu le temps d’avoir peur”, a-t-il répondu à une femme qui l’interrogeait sur cette agression, lors d’un bain de foule à Valence où il a condamné de nouveau l’acte : “Quand la bêtise s’allie à la violence, elle est inacceptable.”

Dans les minutes et les heures qui ont suivi l’agression, de nombreux représentants politiques ont condamné l’incident et adressé leur soutien au chef de l’EtatDès le début des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, le Premier ministre a pris la parole pour dénoncer cette agression et en appeler à “un sursaut républicain”. Xavier Angeli, maire de Tain-l’Hermitage, a lui condamné l’agression d’Emmanuel Macron, et affirmé que le président de la République avait “très bien réagi”.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page