Politiques

Jean Castex en appelle “à un sursaut républicain” devant les députés

Retrouvez ici l’intégralité de notre live #DROME

15h51 : “Rien ne change sur les prochains déplacements, d’ailleurs cela a repris quelques secondes après”, explique l’Elysée à franceinfo. “C’est un geste isolé. On attendra pour savoir les motivations, royalistes ou autres, et le profil.”

15h50 : L’ancien président François Hollande a également réagi sur Twitter. “Face à ce geste inqualifiable, toute la Nation doit être solidaire du chef de l’Etat”, déclare-t-il.

15h48 : “Il [Emmanuel Macron] a même dit ‘Laissez-le, laissez-le’, parce qu’il était par terre et que les forces de l’ordre essayaient de le récupérer”, explique sur franceinfo Xavier Angeli, le maire de Tain l’Hermitage. C’est dans ce village qu’un homme a giflé le président en début d’après-midi, alors qu’il sortait d’une visite dans un lycée hôtelier.

15h38 : Selon le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, les deux personnes interpellées sont deux Drômois âgés de 28 ans. Ils n’auraient pas d’antécédents judiciaires “mais cela demande examen complémentaire”, a précisé le magistrat.

15h33 : Selon une journaliste de France 2 présente sur place, Emmanuel Macron est arrivé à Valence avec Brigitte Macron. La sécurité a été renforcée place aux Clercs et le public écarté derrière des barrières.

15h23 : “Vers 13h15, le président était remonté dans sa voiture après avoir visité un lycée et il est ressorti car des badauds l’appelaient. Il est allé à leur rencontre et c’est là que l’incident s’est produit”, a précisé la préfecture.

15h23 : “L’homme qui a tenté de gifler le président et un autre individu sont actuellement entendus par la brigade de gendarmerie de Tain-L’Hermitage”, fait savoir la préfecture de la Drôme sans donner d’autres informations concernant leur identité.

15h30 : De l’extrême droite à la gauche, les responsables politiques condamnent unanimement l’agression.

15h16 : “La démocratie, c’est le débat, le dialogue, la confrontation d’idées mais cela ne peut être en aucun cas l’agression verbale ou physique.”

Le Premier ministre a également réagi devant l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement.

15h13 : “C’est inadmissible de s’attaquer à des responsables politiques, mais plus encore au président de la République.”

Lors d’une conférence de presse dans le Grand Est, Marine Le Pen a dénoncé un “comportement inadmissible” après la gifle reçue par Emmanuel Macron. “Je suis la plus grande opposante à Emmanuel Macron, mais il est le président de la République”.

15h28 : Plusieurs personnalités politiques condamnent l’agression envers Emmanuel Macron. “Aucun désaccord politique ne justifiera jamais la violence”, exprime le président (ex-LR) des Hauts-de-France Xavier Bertrand.

15h05 : Une journaliste de TF1 rapporte qu’un gros déploiement policier est en cours à Valence, où Emmanuel Macron est désormais attendu.

15h02 : Sur Twitter, Jean-Luc Mélenchon apporte son soutien au président. “Cette fois-ci vous commencez à comprendre que les violents passent à l’acte ?”, écrit-il.

14h58 : Deux hommes ont été interpellés, confirme une source proche à franceinfo.

14h54 : Emmanuel Macron a été giflé par un homme dans le public lors de son déplacement dans la Drôme.

14h41 : Pour “les discothèques, rendez-vous le 21 juin”, a lancé sans plus de précision Emmanuel Macron, en déplacement dans la Drôme. Interrogé par l’AFP, l’entourage du chef de l’Etat a précisé qu’il ne s’agissait “pas d’une date de réouverture mais d’une clause de revoyure prévue autour de cette date”.

14h30 : “Pour les discothèques, rendez-vous le 21 juin”, a déclaré Emmanuel Macron lors de son déplacement dans la Drôme. On ignore si cette date sera celle à laquelle les établissements vont rouvrir ou si une annonce sera faite à ce sujet.

14h21 : “Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que le pire sur le front de l’emploi arrive.”

Emmanuel Macron a appelé à la “mobilisation générale” pour l’emploi dans la restauration, à la veille de la réouverture des restaurants en salle. Il s’est dit “optimiste” et assure qu’il n’y aura “pas de licenciements” dans ce secteur accompagné par l’Etat.




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page