Crypto

CAC 40 : En route vers son plus haut niveau historique ?

Il y a près de 21 ans, le CAC 40 atteignait un niveau encore jamais atteint. En flirtant avec la barre des 7 000 points. Semaine après semaine, l’indice boursier de référence bat des records vieux de près de 20 ans. Au point de renverser l’ATH enregistré en 2000 ? C’est ce que nous allons tâcher de voir. Entre explosion guidée par certains secteurs et investisseurs étrangers attirés par le potentiel des indices européens.

CAC 40 : A 5 % de son Plus Haut Niveau Historique

Le 4 septembre 2000, le CAC 40 enregistrait son pic le plus haut. Avec un indice qui grimpera en cours de séance à 6 944 points. A l’heure ou nous écrivons ces lignes, l’indice boursier évolue à 6 562 points.

Le graphique ci-dessous, témoigne de la tendance haussière de l’indice français de référence. Un indice qui a prit plus de 1 000 points depuis le début de l’année.

Si la tendance haussière est graphiquement visible, c’est surtout l’ascension quasi linéaire de l’indice depuis près de 6 mois qui interpelle. Une ascension qui permet à l’indice de prendre plus de 18 % depuis le début de l’année. 

Un Indice Tiré par Certains Secteurs

Si la confiance des investisseurs semble revenir à un très haut niveau, force est de constater que la tendance haussière du CAC 40 est surtout le fruit de l’explosion et le redressement de certains secteurs. Comme celui du luxe par exemple.

L’entreprise LVMH, plus grosse capitalisation boursière du CAC, voit le cours de son action grimper en flèche. Depuis le début 2021, l’action LVMH s’est appréciée de plus de 29 %. Même constat avec l’action Kering qui connaît une année 2021 particulièrement faste. Avec une hausse de 28 %. Pour ces deux groupes, les cours sont largement plus élevés qu’en amont de la crise sanitaire. Des performances qui peuvent en partie s’expliquer par la forte reprise des économies asiatiques.

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire connaît aussi une forte appréciation du cours de ses actifs. Une hausse notamment visible sur l’action Crédit Agricole, BNP Paribas et à plus forte raison sur l’action Société Générale.

De l’autre côté du spectre, certains secteurs semblent amorcer une reprise plus lente. Nous pensons notamment à l’aéronautique avec des groupes comme Airbus dont l’action peine à retrouver son niveau d’avant crise. Bien que l’action du géant de l’aéronautique ait évoluée très favorablement ces 15 derniers jours. Un constat similaire pourrait être dressé pour le groupe Safran. Le groupe d’immobilier commercial Unibail-Rodamco-Westfield affiche aussi une reprise plus modérée de son activité. En cause, le développement extrêmement rapide du télétravail qui a fragilisé le secteur. Sur l’année 2021, la tendance reste néanmoins haussière pour l’action du groupe.

Les Investisseurs Mondiaux Attirés par le CAC 40 et les Indices Européens

Une tendance à la fois visible pour le DAX 30 que le CAC 40. Beaucoup d’investisseurs, notamment américains, font le pari d’une désynchronisation entre la politique monétaire de la FED et de la Banque Centrale Européenne. En effet, ces investisseurs font le pari que la FED infléchira sa politique monétaire avant la BCE, sous fond d’inflation présente aux Etats-Unis.

Une démarche qui attire donc les investisseurs sur les indices boursiers européens. D’autant plus que la reprise en zone Euro a semblé dans un premier temps plus timide sur le vieux continent que chez l’oncle Sam.

La Menace des Banques Centrales

La Menace des Banques Centrales Mais la principale menace pour les marchés et les indices boursiers comme le CAC 40 tient en un seul mot : inflation. Si l’inflation venait à se développer durablement, les banques centrales se verraient dans l’obligation de réagir. Dès lors, il semble difficile que cela puisse se conjuguer avec un prolongement de la tendance haussière à court et moyen terme sur le marché des actions. Que ce soit sur le CAC 40 mais aussi sur d’autres indices boursiers.

Que ce soit pour la FED ou la Banque Centrale Européenne, la lutte contre l’inflation nécessiterait nécessairement une politique de taux moins accommodante. Créant au passage les conditions pour que la dynamique haussière s’effrite. Du moins dans les proportions que nous rencontrons actuellement. Néanmoins, pour la plupart des observateurs, une politique moins accommodante des banques centrales aurait surtout pour effet une consolidation du marché des actions plutôt qu’une tendance baissière.

A plus long terme, la tendance haussière pourrait même continuer à se matérialiser avec des taux plus hauts. Au point de dépasser le plus haut niveau historique jamais enregistré ? La question reste entière. Prochains éléments de réponse dans les jours et les semaines à venir, avec les communications très attendues de la FED mais aussi de la BCE.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page