Femme

ce que nos pertes vaginales signifient (et quand il faut s’inquiéter !)

Les pertes vaginales, aussi connues sous le nom de “glaire cervicale” ou encore “leucorrhées”, sont des sécrétions issues des parties intimes de la femme, produites du début de la puberté à la fin de la ménopause. 

Leur fonction première est de protéger l’appareil génital féminin de potentiels germes et bactéries, en formant une sorte de “barrière” physique qui les empêche de s’introduire à l’intérieur et qui les expulse si jamais elles ont réussi à s’y infiltrer. 

Selon leur apparence, leur couleur, leur texture ou encore leur odeur, les pertes vaginales nous murmurent des choses importantes sur la santé de notre zone intime. Certaines d’entre elles sont ainsi révélatrices de pathologies plus ou moins graves… 

Comment reconnaître des pertes vaginales “normales” ?

D’après les médecins, les pertes vaginales “normales” sont non odorantes, ont une couleur crème, une texture quelque peu visqueuse, pas trop liquide, et elles ne sont pas trop abondantes.

Des pertes variables d’une période à une autre… et d’une femme à une autre

  • Les différentes périodes du mois jouent sur les pertes vaginales

Vous n’êtes pas sans savoir que l’appareil génital de la femme fonctionne sous forme de cycle – dit “cycle féminin” ou “cycle menstruel”. Généralement, ce cycle dure 28 jours. Il s’accompagne de fluctuations hormonales mais aussi de fluctuations dans les pertes vaginales ; et notamment dans leur quantité, leur texture, et dans leur apparence.

Quelques jours avant l’ovulation, elles se font moins visqueuses afin de laisser passer plus facilement les spermatozoïdes dans l’appareil reproducteur féminin.

Juste avant les menstruations, elles peuvent se faire plus épaisses, plus abondantes. Parfois même, elles peuvent devenir jaunâtres. 

Enfin, pendant une grossesse, les leucorrhées se font également plus abondantes : elles reflètent le changement hormonal qui accompagne la grossesse.

  • Un flux qui varie selon la femme concernée

Il est important de noter que l’abondance des pertes vaginales diffère d’une femme à une autre. En effet, lesdites leucorrhées dépendent en fait des oestrogènes (hormones) : or, on n’a pas toutes la même quantité ou le même taux d’hormones.

Quelles sont les pertes qui doivent vous alerter ?

Dès lors qu’elles commencent à prendre des couleurs, les pertes vaginales doivent faire l’objet d’une vigilance accrue chez la femme concernée.

Pertes très blanches, pertes jaunes, pertes marrons, pertes rouges ou encore pertes vertes sont des leucorrhées qui doivent absolument vous alerter !

En effet, derrière chaque couleur se cache une condition de santé et/ou une pathologie bien précise… 

Alors qu’est-ce qu’on attend pour les analyser ? On vous dit tout. 

Assurez-vous de consulter un médecin spécialisé et un gynécologue si vos pertes vaginales ont une apparence anormale.

A lire également :




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page