Economie

Au Forum économique de Saint-Pétersbourg, la Russie entrevoit une reprise prudente

Le président russe, Vladimir Poutine, s’exprime lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg, le vendredi 4 juin 2021.

La Russie a dompté la pandémie de Covid-19 et entend bien aller de l’avant, voire jouer les premiers rôles dans la reprise mondiale. C’est le message qui a été répété à l’occasion du Forum économique de Saint-Pétersbourg (SPIEF), du mercredi 2 au samedi 5 juin, dont la seule tenue, après la parenthèse de 2020, illustrait cette déclaration d’intention.

« Rien de ce qui ressemble à une catastrophe ne s’est produit, a fait valoir Vladimir Poutine lors de son discours de conclusion, vendredi. C’était possible, vu les conditions, mais ce n’est pas arrivé. » De fait, les chiffres donnent raison au président russe – si l’on omet, comme il le fait systématiquement, ceux de la mortalité (465 000 morts supplémentaires enregistrées entre avril 2020 et avril 2021 par rapport à la mortalité habituellement constatée).

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En Russie, l’inflation des denrées alimentaires nourrit la crise sociale

L’économie russe, très brièvement confinée, s’est moins contractée que les économies européennes. Après avoir reculé de 3,1 % en 2020, le produit intérieur brut (PIB) devrait retrouver son niveau d’avant la crise dès la fin de l’année 2021, selon l’agence Bloomberg. La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a même dit son « admiration » pour la gestion financière russe durant la pandémie.

Problème principal abordé par les officiels russes présents : l’inflation. S’il paraît à première vue raisonnable (5,5 % en avril), l’indicateur masque une réalité difficile pour les ménages. D’abord, la hausse des prix est particulièrement marquée dans le secteur de l’alimentation ; ensuite, elle se superpose à une baisse des revenus continue depuis 2013. Au nom des grands équilibres macroéconomiques, le soutien de l’Etat aux entreprises et aux ménages est resté faible, y compris durant la crise (de l’ordre de 4 % du PIB).

Présence modeste des investisseurs étrangers

Rare étalage de divergences au sein du gouvernement, on a pu voir le ministre des finances, Anton Silouanov, mettre en garde ses collègues contre la tentation de réguler les prix de manière trop artificielle. A l’hiver 2020, de telles tentatives, impulsées par M. Poutine, s’étaient soldées par des échecs.

L’autre grand enseignement du Forum tenait à la présence modeste des investisseurs étrangers. Si une partie de cet état de fait a été attribuée aux restrictions de voyage, le constat existait bien avant le Covid-19. Et il est similaire s’agissant des signatures de contrats, en net recul. « Le SPIEF n’est plus fait pour se faire de nouveaux amis, mais pour se compter », résumait un habitué.

Il vous reste 59.59% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page