Economie

les Etats-Unis saluent un « engagement sans précédent »

Le G7 finances a tenu une session de négociations de quarante-huit heures à Londres (Royaume-Uni), le 5 juin.

Les Etats-Unis ont salué samedi 5 juin l’accord obtenu par les ministres des finances du G7 ouvrant la voie à un projet de réforme de la fiscalité mondiale, et à un taux d’imposition minimal sur les multinationales. Dans un communiqué, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a salué un « engagement sans précédent » du G7. « Cet impôt minimum mondial va mettre fin à la course vers le bas de la taxation des entreprises, et apporter de la justice pour la classe moyenne et les travailleurs aux Etats-Unis et à travers le monde », a-t-elle ajouté.

Les ministres des finances du G7 se sont engagés sur l’objectif d’un taux d’impôt minimal mondial sur les sociétés d’au moins 15 %, ont-ils annoncé samedi dans un communiqué, à l’issue de quarante-huit heures de négociations.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le G7 finances fait un pas historique vers une réforme de la fiscalité mondiale

« Une étape historique »

De son côté, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, a applaudi samedi « une étape historique » dans le « combat » contre « l’évasion et l’optimisation fiscale ». Au sujet du taux d’« au moins 15 % » sur lequel les ministres des finances du G7 réunis à Londres se sont mis d’accord, « c’est un point de départ et dans les mois qui viennent nous allons nous battre pour que ce taux d’imposition minimal soit le plus élevé possible », a assuré le ministre dans un message vidéo publié sur Twitter.

« Le combat va se poursuivre, au G20, à l’OCDE, mais l’étape qui a été franchie, ici, à Londres, dans le cadre du G7, est une étape historique qui doit nous remplir, nous tous Français, de fierté », a-t-il ajouté. Cet accord ouvre en effet la voie à d’autres négociations lors du G20 finances, qui doit se tenir à Venise (Italie) les 9 et 10 juillet, qui pourraient faire avancer davantage ce projet de réforme, soutenu depuis deux ans par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

L’accord a également été salué par Rishi Sunak, chancelier de l’Echiquier britannique, samedi : « C’est un accord historique et je suis fier que le G7 fasse preuve d’une direction collective en cette période cruciale pour le redressement de l’économie mondiale. » Il s’agit d’une « très bonne nouvelle pour la justice et la solidarité fiscales, et une mauvaise nouvelle pour les paradis fiscaux du monde entier. Les entreprises ne pourront plus se soustraire à leurs obligations fiscales en transférant astucieusement leurs bénéfices vers des pays à faible fiscalité », a déclaré le ministre des finances allemand, Olaf Scholz, dans un communiqué.

« Fixer un taux minimal mondial d’impôts sur les sociétés de seulement 15 % est bien trop bas », a cependant estimé, samedi, Gabriela Bucher, de l’ONG Oxfam, et « cela fera peu pour mettre fin à une dangereuse course vers le bas sur l’impôt des sociétés et au vaste recours aux paradis fiscaux ».

Le Monde avec AFP


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page