Sports

Carine Galli, les révélations fracassantes

La journaliste sportive Carine Galli a dénoncé les attitudes sexistes qu’elle a subi au cours de sa carrière. 

La parole se libère… Plus de deux mois après la tempête provoquée par la diffusion du documentaire « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste » réalisé par Marie Portolano, les témoignages se multiplient pour dénoncer des actes sexistes et irrespectueux dont ont été victimes certaines femmes journalistes. Au cours d’un entretien accordé à Buzz TV, Carine Galli a fait part de son expérience. 

« On n’a pas à subir des choses parce qu’on est une femme ! »

« Ce qui m’a marqué en écoutant les différents témoignages, dans le documentaire mais aussi ailleurs, c’est que je me suis rendu compte que j’avais accepté beaucoup de choses qui étaient inacceptables. En fait, quand tu entends l’histoire de X, Y, ou Z, tu te dis « mais en fait, cette chose-là, je l’ai vécue aussi », et puis je l’ai acceptée, j’ai laissé passer, banalisée, alors que non, il ne faut pas ! C’est ça qui est important, et que Marie a essayé de montrer, on en avait beaucoup parlé, on n’a pas à subir des choses parce qu’on est une femme ! Voilà, c’est tout ! Il n’y a pas de distinction à faire entre une femme et un homme… Et accepter des choses, avoir des réflexions, être parfois humiliée, rabaissée, juste parce que tu es une femme, c’est pas possible ! », a ainsi confié la journaliste de La Chaîne L’Equipe. 

« J’ai vécu des choses dans des rédactions qui sont inadmissibles »

Et de poursuivre: « Longtemps, on s’est dit « ah c’est comme ça ! ». Moi-même, je l’avais intégré, alors que non, c’est impossible. Ce documentaire nous a permis de s’en rendre compte, même moi, à titre personnel, il y a des choses que j’avais totalement oubliées ! Je n’ai pas très envie de rentrer dans les détails, mais je sais que j’ai vécu des choses dans des rédactions qui sont inadmissibles, derrière il y a eu des conséquences qui ne sont pas normales. Derrière, je me suis dit que « c’est la règle »… En fait non, ce n’est pas la règle, tu ne dois pas accepter des choses, tu ne dois pas être brimée, humiliée, ramenée à ton statut de femme blonde aux yeux bleus… ». Sans donner plus de détails, Carine Galli a notamment fait référence à « une histoire qui s’est passée à Roland-Garros », où elle aurait été victime de « gestes déplacés ». 

Lire aussi :Après Ménès, une autre révolution au CFC ?Pierre Ménès, Marie Portolano n’avait rien vu venirPierre Ménès, le malaisePierre Ménès, et ça continue….


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page