Economie

Miel, amandes et crèmes glacées… La reconversion d’Arnaud Montebourg dans le business du « made in France »

Par

Publié aujourd’hui à 16h00, mis à jour à 16h59

Arnaud Montebourg à la ferme de David et Mathilde Billet, près de Charroux, dans la Vienne, le 19 mai.

Il n’a fallu qu’une semaine pour recevoir un coup de fil d’un numéro inconnu. « Bonjour, c’est Arnaud Montebourg au téléphone. Alors, comme ça, on enquête sur moi ? », lance, taquin, la personne au bout de la ligne. Devançant notre demande d’interview pas encore envoyée, l’ancien ministre décide de prendre les commandes. « Mais il fallait nous le dire plus tôt !, enchaîne-t-il. On va vous faire visiter nos entreprises avec plaisir. Parce que, vous allez voir, ça marche bien, cette affaire ! » Le ton est donné.

Depuis son départ du ministère de l’économie, du redressement productif et du numérique, en août 2014, Arnaud Montebourg s’est lancé dans différentes entreprises de l’agroalimentaire : le miel, les amandes et les glaces. On s’est intéressé à ses affaires au moment où, à 58 ans, il semblait revenir dans le jeu politique. Il y a quelques mois, ses proches avaient lancé un nouveau mouvement, L’Engagement, souhaitant préparer sa candidature à la présidentielle de 2022. C’est aussi le titre de son livre paru en novembre 2020, chez Grasset.

Mais de candidature, il n’en est désormais plus vraiment question, reconnaît l’intéressé lui-même. A la tête des Equipes du made in France, sa société, Arnaud Montebourg ne jure plus que par l’entrepreneuriat.

Homme de spectacle

Pour comprendre son business, on embarque avec lui en TGV, direction Poitiers. Dans le train, l’ancien ministre défend déjà ses entreprises avec une verve qui lui fait tomber le masque et lui attire les remontrances des contrôleurs. Il reste tout aussi loquace dans la voiture qui nous emmène à la ferme de David et Mathilde Billet, près de Charroux, dans la Vienne, à 50 kilomètres de Poitiers. Ce couple d’éleveurs s’est associé fin 2020 avec la Compagnie laitière des glaces paysannes (six salariés), dont Arnaud Montebourg est le président et l’actionnaire majoritaire (avec 33,1 % du capital).

Vêtu d’une charlotte et d’une blouse blanche, Montebourg mène la visite, pose lui-même les questions sur le processus de transformation, prend des photos…

Depuis début mars, David et Mathilde Billet produisent des glaces bio, sous la marque La Mémère, avec le lait de leurs 78 vaches, qu’ils transforment directement dans un laboratoire sur place. Ils sont la deuxième ferme à se lancer avec l’ancien ministre (la première, à Montours, en Ille-et-Vilaine, a quitté l’aventure pour des raisons familiales). Ils produisent aujourd’hui 3 500 pots de glace par semaine. Le tout vendu environ 7 euros les 400 grammes dans 500 magasins de la grande distribution et en vente directe à la ferme.

Il vous reste 86.93% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page