Santé

Comment le contexte influence la composition de vos repas


Une récente étude d’observation chez des personnes âgées suggère que plusieurs facteurs influencent la composition des repas, comme la présence d’autres individus ou le fait de manger en dehors de chez soi. 

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] Alimentation moderne : les grandes avancées et les échecs depuis un demi-siècle
  L’industrie alimentaire nous nourrit-elle mal ? Oui et non, démontre le docteur Cocaul, nutritionniste et chroniqueur à Futura. Notre alimentation moderne est abondante et bien sécurisée. Cependant, les préparations et les emballages sont trop attractifs, tandis que le renfort en sucre et en sel la rend trop riche, causant de véritables épidémies, à commencer par l’obésité. 

C’est un fait que chacun d’entre nous peut constater sans étude scientifique : le contexte influence la composition de notre repas. Lorsque l’on est chez soi, on ne mange généralement pas les mêmes choses que lorsqu’on est invité. De la même façon, quand on reçoit du monde, on mange différemment que si l’on est seul. Des chercheurs se sont intéressés plus en détail à ce sujet dans le cadre d’une étude d’observation, publiée dans International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, chez les personnes âgées. 

Ce qui influence la composition des repas : le lieu et la présence de monde

Dans leur étude, les chercheurs se basent sur la déclaration des individus pour savoir ce qu’ils ont mangé. Avec ces informations, ils calculent ensuite un score nommé Health Eating Index, qui renseigne sur la qualité d’un repas en regard des recommandations nutritionnelles en vigueur. Selon les résultats de l’étude, ce score est plus faible, ce qui veut dire que l’alimentation est moins « saine », lorsque les gens ne mangent pas chez eux et lorsqu’ils mangent en présence d’autres personnes. 

Ce qui n’influence pas la composition des repas : manger devant un écran

Les investigateurs ont également mesuré la différence des scores lorsque les repas sont préparés pour être consommés devant un écran ou sans écran. Ils n’ont pas trouvé d’écart significatif de score entre les deux situations. Attention, cela n’informe en rien sur l’acte de manger (la rapidité de la prise alimentaire, la sensation de satiété, la conscience d’avoir mangé, etc.). Cela suggère simplement que le facteur écran ne semble pas modifier la composition du repas.

Ce que l’étude ne dit pas

Cette étude se concentre avant tout sur la composition des repas et certains facteurs contextuels qui vont l’influencer. Elle ne renseigne ni sur la prise alimentaire pendant ces repas ni sur les autres facteurs importants pour la santé des personnes âgées, comme le fait de voir du monde. De fait, elle ne dit pas que voir du monde n’est pas recommandé parce que cela influe sur la prise des repas, mais simplement que cela l’influence. Sachant cela, des méthodes visant à rendre l’alimentation plus équilibrée, notamment par la présence de protéines, dans tous les contextes, pourraient être intéressantes et salutaires pour la santé à long terme des personnes âgées. 

Intéressé par ce que vous venez de lire ?


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page