Femme

A quelle fréquence faut-il changer de protection hygiénique, d’après les gynécologues ?

Quand vient le moment fatidique des règles, plusieurs choix se présentent à nous en termes de protection périodique. Serviette hygiénique, tampon, coupe menstruelle, protège-slip, culotte menstruelle… Le choix est plutôt vaste et chacune peut ainsi choisir la protection qui convient le mieux à ses parties intimes

Il en existe deux grands types : les protections internes (celles que l’on insère dans le vagin) et les protections externes (celles que l’on place contre la vulve).

Pour entretenir la bonne santé de sa zone intime, il convient donc de les changer régulièrement. Oui, mais à quelle fréquence faut-il changer sa protection menstruelle ? Les spécialistes nous répondent.

Quels sont les dangers encourus si l’on ne change pas assez souvent de protection hygiénique ?

Les risques encourus concernent majoritairement la prolifération de bactéries dans la zone intime (vulve, vagin), la perturbation de la flore vaginale et le développement d’infections et pathologies telles que les mycoses ou les vaginoses. 

Mais les dangers sont parfois propres aux types de protection menstruelle. On vous dit tout. 

Pour la serviette hygiénique et le protège slip

La serviette hygiénique, de même que le protège slip, sont fabriqués à partir de substances chimiques (blanchissantes et désinfectantes à base de chlore, notamment) qui bloquent la transpiration et amoindrissent l’aération de la zone intime ; provoquant au passage, infections en tout genre. 

Pour le tampon

Vous en avez forcément entendu parler dans les médias : le tampon peut provoquer, chez les femmes qui l’utilisent, le Syndrome du Choc Toxique (dit STC).

Ce dernier se réfère à une maladie infectieuse qui est provoquée par un staphylocoque doré (staphylococcus aureus). Le staphylocoque doré est en fait une bactérie qui fabrique une toxine pénétrant dans la circulation du sang et atteignant ainsi plusieurs organes.  

Lorsqu’on ne change pas assez souvent de tampon, le sang s’accumule et est bloqué dans le vagin, et ladite toxine y prolifère à vitesse grand V (la température et le climat étant favorables à son développement). Le problème, c’est que 10% des femmes sont dépourvues des anticorps nécessaires pour s’en protéger… Et c’est là que le choc toxique apparaît. 

Pour la cup menstruelle

La coupe menstruelle est faite à partir de silicone ou élastomère. Il convient de la changer régulièrement car ces matières sont des “matières plastiques sur lesquelles les bactéries se collent facilement”, explique le Pr Gérard Lina à nos homologues de Santé Magazine.

Ainsi, la garder trop longtemps dans son vagin peut fortement favoriser la prolifération de bactéries et donc, l’apparition d’infections. 

De plus, à l’instar du tampon, elle présente un risque de choc toxique si on ne la change pas assez souvent et si on ne la nettoie pas correctement. 

Voici LA fréquence à laquelle il faut changer sa protection menstruelle 

En réalité, il n’y a pas une fréquence de changement, mais bien plusieurs. En effet, toutes dépendent du type de protection choisi.

Pour la serviette hygiénique

D’après nos homologues de Passeport Santé, il faut changer de serviette toutes les 3 à 4 heures grand maximum.

Pour le protège-slip

L’usage du protège-slip doit être limité, dans la mesure du possible. Les spécialistes sont unanimes : il ne faut pas les porter quotidiennement. Seuls les jours de début et/ou de fin de règles sont “concernés”. Et au cours d’une journée d’usage, il faut les changer à intervalles de 4 à 6 heures maximum.

Pour le tampon

Les spécialistes préconisent de la changer toutes les 3 à 6 heures. Et attention : dormir avec un tampon est interdit. 

Pour la cup menstruelle

Il convient de la vider et de la changer au bout de 6 heures maximum.

A lire également :




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page