Technologie

Comment la pandémie a bouleversé les besoins en réseau dans toute la France


Le premier confinement a été une épreuve pour les opérateurs qui ont dû absorber une augmentation brutale du trafic Internet de 30%. Mais ils n’imaginaient pas à quel point les usages des Français allaient être durablement bouleversés. L’explosion des usages s’est maintenue en 2021.

45% de hausse du trafic cette année

« Le trafic Internet a encore cru de 45% entre 2020 et 2021 alors que nos prévisions tablaient sur 30% », a indiqué la PDG d’Orange France, Fabienne Dulac, lors d’un point presse.

Même le trafic voix qui avait connu un regain d’intérêt avec une hausse de 41% en 2020 a continué sur sa lancée avec plus 15% en 2021. La fin du confinement et l’amélioration de la situation sanitaire ne devrait pas infléchir la tendance.

« On restera sur un volume plus grand que prévu », confirme Fabienne Dulac. Data mobile et usages TV ont également été dopés.

Pour le moment, il n’y a pas d’urgence à augmenter les débits pour les utilisateurs, mais Orange réfléchit toujours au bon moment pour proposer des offres commerciales à 10 Gbit/s.

« C’est le sujet de demain. Quand les usages arriveront. Probablement pour 2023 », a précisé Fabienne Dulac. 

De nouveaux besoins sur certains territoires

L’autre grande nouveauté, c’est que ce que l’opérateur historique appelle « la transition territoriale », soit une évolution de l’implantation de la population sur le territoire.
La première tendance est le déplacement des urbains des métropoles à la périphérie des villes avec une différenciation plus marquée entre le lieu de travail et le lieu de vie.
La seconde est une migration qui va un peu plus loin, dans les zones moyennement denses, les villes moyennes, voire les zones rurales. Dans ces cas-là, il y a une re-concentration entre le lieu de travail et le lieu de vie.

A découvrir aussi en vidéo :

Des NRA (Nœuds de raccordements abonnés) du réseau cuivre se sont retrouvés saturés. Cette nouvelle demande a nécessité d’augmenter les capacités du réseau fixe et mobile dans certains points du territoire.  

Difficile de prévoir si une partie de ces migrations tient du provisoire. Mais ces mouvements de population sont pris très au sérieux par Orange, persuadé qu’ils reflètent malgré tout un mouvement de fond.

« Nous assistons à un rattrapage du trafic et des usages hors des zones les plus denses, ce qui va nous conduire probablement à une plus grande homogénéisation sur tout le territoire », a conclu le directeur technique d’Orange Marc Blanchet.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page