Crypto

Bitcoin l’équivalent de l’or ? Plutôt du cuivre pour Goldman Sachs

Les investisseurs sont plus nombreux à se tourner vers l’or comme alternative au Bitcoin, observe le directeur de commodities de Goldman Sachs.

Or et Bitcoin sont fréquemment mis dos-à-dos. Le BTC est ainsi qualifié d’or numérique ou d’or 2.0. Son potentiel de croissance réside donc dans la capacité du crypto-actif à séduire les investisseurs du marché or.

Ses performances de mai, qui se traduisaient par une chute de 35%, ne sont toutefois pas de nature à amorcer cette tendance. Le mouvement serait même inverse actuellement à en croire le directeur des études sur les matières premières de Goldman Sachs.

Bitcoin actif à risque comme le cuivre

Sur CNBC, Jeff Currie en profite d’ailleurs pour balayer toute comparaison entre or et Bitcoin en tant que couverture contre l’inflation. Pour le dirigeant, le BTC s’apparente donc à un actif « à risque ». Et s’il devait être comparé à une matière première, il s’agirait du cuivre et non de l’or.

« Les monnaies numériques ne sont pas des substituts de l’or. Elles seraient plutôt une alternative au cuivre, pro-risque, soit des actifs à risque. Elles sont un substitut au risque sur les couvertures de l’inflation et non des couvertures sans risque », juge l’expert des commodities.

Bitcoin ne pourrait-il donc espérer constituer une réponse à l’inflation ? La réponse est complexe. Pour Jeff Currie, il faut distinguer deux types d’inflations, la « bonne » et la « mauvaise ». A chacune correspond des couvertures distinctes.

Bitcoin serait un actif pour un contexte de bonne inflation, c’est-à-dire tirée par la demande. BTC, mais aussi cuivre et pétrole sont alors des actifs de couverture contre ce type d’inflation. L’or, en revanche, est la réponse à la mauvaise inflation, poursuit le représentant de Goldman Sachs.

Le BTC réponse à la « bonne inflation »

« L’or couvre la mauvaise inflation, lorsque l’offre est réduite, ce qui est … axé sur les pénuries de puces, de produits de base et d’autres types de matières premières », souligne-t-il. Non, Jeff Currie n’est pas un partisan du Bitcoin.

En avril déjà, il déniait à la cryptomonnaie le statut d’or numérique et de réserve de valeur. Selon lui, ce statut était tout sauf pérenne puisque à tout moment, une meilleure crypto pouvait, à sa place, se l’octroyer.

En tout cas, en matière d’arbitrage entre or et Bitcoin, les institutionnels auraient d’ores et déjà choisi selon JPMorgan. Déjà lors du crash du 19 mai, ces investisseurs auraient faiblement acheté à la baisse.

Ils choisiraient à la place de se tourner vers l’or.  « Les fonds bitcoin continuent de voir des sorties et les fonds négociés en bourse sur l’or enregistrent des entrées. Cela suggère que l’abandon du bitcoin et le retour à l’or traditionnel par les investisseurs institutionnels est toujours en cours », analyse Nikolaos Panigirtzoglou.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page