Auto-Moto

prix, infos et photos officielles


La BMW i4, une berline 100% électrique, se lance à l’assaut de la Tesla Model 3. Quels sont ses atouts pour détourner la clientèle fidèle à l’Américaine ?

Nouvelle BMW i4 2021 – Un an après sa révélation sous la forme d’un concept-car, la première berline 100% électrique de l’Hélice bleue se concrétise en série. La BMW i4 est la première allemande du genre à s’opposer frontalement à la Tesla Model 3.

Tout avait pourtant bien commencé pour BMW, en 2012, lorsque le constructeur allemand prit une sacrée longueur d’avance sur la concurrence en développant sa citadine i3, sur une plate-forme dédiée exclusivement à l’électrique. Et puis plus rien durant les huit années qui suivirent, avant le lancement du premier SUV électrique de la marque, nommé iX3. Un modèle lancé fin 2020 qui, malheureusement, s’est contenté d’adapter une chaîne de traction électrique au soubassement thermique du BMW X3. En 2021, rebelote avec l’arrivée de l’i4, qui n’est autre qu’une Série 3/4 convertie à l’électricité. Pour assister à la naissance d’un modèle exclusivement pensé comme une voiture électrique, il faudra attendre le lancement du grand SUV iX, dans les prochains mois.

Fille de thermique

Avançant sur des oeufs quant à l’électrification de sa gamme, par souci d’économie, BMW dévoile une i4 à l’architecture moins léchée qu’une pure électrique. Les chiffres parlent d’eux-même à la lecture de la fiche technique : alors qu’une Tesla Model 3 soigne son habitabilité grâce à une mesure d’empattement généreuse (2,87 m), malgré une longueur totale contenue (4,69 m), la nouvelle BMW i4 hérite le châssis accueillant initialement d’encombrants blocs essence et diesel qui limitent sa cote d’empattement sous la barre des 2,86 m alors qu’elle se révèle 9 cm plus longue (4,78 m) que la Californienne. Le bilan est le même lorsque l’on compare leurs volumes de coffre : malgré sa compacité, la Tesla Model 3 cube 505 l, en comptant l’espace logé sous son plancher, quand sa rivale allemande se contente de 470 l d’emport.

Une Série 4 maquillée

Sur le plan du design, la clientèle mettant un point d’honneur à se distinguer du flot de véhicules fonctionnant aux énergies fossiles n’y trouvera pas son compte. Exception faite de menus détails, cette BMW i4 reprend la quasi intégralité du look de la Série 4 Coupé, en attendant son alter ego baptisé Gran Coupé, prévue pour les prochains mois. Pourtant, à l’exception du capot, des optiques avant et arrière et de la malle, tous les éléments de carrosserie lui sont spécifiques. Même les portières, qui troquent leurs poignées classiques contre des appendices affleurant, au profit de l’aérodynamisme. Dans un même souci, la calandre se fait pleine et arbore un liseré bleuté que l’on retrouve dans les optiques, sur les bas de portières, ainsi qu’au niveau du diffuseur, tandis que les jantes se mues en flasques. Tous ces modifications abaissent son coefficient de pénétration dans l’air à seulement 0,24.

Double écran à bord

De son côté, l’habitacle reprend la planche de bord des Série 4, à l’exception de la coiffe qui bénéficie d’une large dalle numérique rectangulaire, dans le plus pur esprit Mercedes. Ayant toutefois pour avantage son profil incurvé, elle regroupe deux écrans qui s’étendent respectivement sur 12,3” et 14,9” de diagonale, et embarque une nouvelle génération de système d’infodivertissement BMW iDrive à reconnaissance vocale, et compatible 5G. On remarque également de nouvelles buses d’aération centrales dénuées de touches physiques. Ces fonctions sont intégralement déléguées au module tactile.

Deux moteurs, une seule batterie

Cette gamme BMW se décline selon deux variantes. La première, dénommée i4 eDrive40, profite d’un électromoteur de 250 kW (340 ch) et 430 Nm de couple délivrés sur les roues arrière. Il est associé à une batterie de 83,9 kWh promettant de rallier plus de 590 km (WLTP). Une entrée de gamme épaulée par une variante i4 M50, au tempérament plus fougueux, qui voit sa puissance s’envoler à 400 kW (544 ch) et 795 Nm de couple grâce à l’apport d’un second bloc logé sur l’essieu avant pour lui faire bénéficier d’une transmission intégrale, et la catapultant de 0 à 100 km/h en 3,9 s. Toutefois, la capacité de sa batterie n’évolue pas d’un iota, abaissant son autonomie aux alentours de 510 km (WLTP).

Loin d’égaler les technologies 800 V des Porsche Taycan, Audi e-tron GT ou Hyundai Ioniq 5, la BMW i4 se contente d’une tension s’élevant à 398,5 V. Dès lors, pour recouvrer 80% de capacité de batterie, son propriétaire devra patienter 31 min sur un superchargeur lui délivrant 210 kW au maximum.

Prix BMW i4

Commercialisée en novembre prochain, la nouvelle BMW i4 lève déjà le voile sur ses prix. L’i4 eDrive40 réclame 59 700€ contre 71 650 € pour l’i4 M50. Des tarifs malheureusement plus élevés que les Tesla Model 3 équivalentes (Grande Autonomie à 52 990 € et Performance à 59 990 €) pour des performances (accélération, autonomie) moindres.

L’actualité de BMW :

BMW M4 Competition M xDrive Cabriolet : toutes les infos et photos officielles

BMW Série 2 Coupé 2021 : sain et sauf

Nouveau BMW X3 2021 : son restylage dévoilé en avance


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page