Economie

A chaque région, ses métiers porteurs

Ceux qui souhaitent opérer un virage à 180° dans leur carrière professionnelle seront servis. Afin de définir les besoins en formation dans le cadre du dispositif de transitions collectives, le Comité régional de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles (Crefop) a identifié les métiers porteurs sur chaque territoire.

Dans l’ensemble des régions françaises, les métiers en tension définis par Pôle emploi se retrouvent : les métallurgistes, les travailleurs du bâtiment, les aides-soignants ou les bouchers n’auront pas grand mal à trouver du travail, où qu’ils s’installent. Les transporteurs, et les saisonniers agricoles auront aussi l’embarras du choix. Mais il existe aussi des spécificités régionales parfois inattendues.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment les entreprises se saisissent du dispositif « transitions collectives »

Hauts-de-France : Dans les Hauts-de-France prédominent sans surprise les métiers du BTP et de l’industrie : les électriciens, les mécaniciens et les ouvriers du bâtiment s’arrachent. La région se révèle aussi un pôle majeur dans le domaine de la banque et des assurances : second centre financier après Paris, elle fait travailler 19 000 agents aux guichets de ses banques. Les commerciaux, les chargés de clientèle, les comptables et les spécialistes des services financiers n’auront pas de peine à trouver une place dans l’un des établissements de la région.

Grand Est : Première région agricole de France, la région Grand Est recrute bien sûr de nombreux saisonniers chaque année pour les vendanges en Alsace, en Champagne-Ardenne et en Lorraine. Mais le territoire connaît aussi une pénurie de… marins, de pêcheurs et d’aquaculteurs : il produit en effet 1 800 tonnes de saumons et de poissons d’étang chaque année. Sa proximité avec le Luxembourg profite aussi aux cadres qui passent chaque jour la frontière pour travailler dans les domaines de l’audit, de la banque et des assurances.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Territoire de Belfort mise sur l’hydrogène pour conserver son industrie

Bourgogne-Franche-Comté : General Electric à Belfort, le groupe Seb en Côte-d’Or, PSA à Sochaux…. Malgré leurs difficultés, les grands groupes industriels implantés en Bourgogne-Franche-Comté continuent à recruter. Ces employeurs se disputent les techniciens de maintenance, les agents de maîtrise, mais aussi les ingénieurs en R&D et les cadres techniques, notamment les manageurs de projets.

Les emplois verts ont également le vent en poupe : selon l’Insee, la Bourgogne Franche-Comté en compte près de 16 %. Les ouvriers de l’assainissement et du traitement des déchets, les spécialistes de la maintenance et de l’environnement sont particulièrement recherchés.

Il vous reste 63.18% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page