Acceuil

Volcan du mont Nyiragongo: 400000 personnes fuient Goma après que les autorités ont averti d’une deuxième éruption

Le major Njike Kaiko Guillaume, porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu, a déclaré que l’Observatoire volcanique de Goma avait identifié du magma sous la ville qui s’étend également sous le lac Kivu. Bien que ce magma se soit partiellement drainé, les images radar indiquent que le cratère à l’intérieur du sommet du volcan continue de s’étendre, a-t-il rapporté.

“Sur la base de ces informations, nous ne pouvons toujours pas exclure une éruption au sol ou une éruption sous le lac – mais on pourrait venir avec très peu ou pas d’avertissement”, a déclaré le porte-parole.

Depuis lors, la région a connu une série de tremblements de terre et de tremblements de terre, certains ressentis aussi loin que la capitale rwandaise de Kigali, à 105 kilomètres du volcan dans le parc national des Virunga.

Dix quartiers de la zone «zone rouge» de la ville de Goma sont désormais en cours d’évacuation en raison de risques, avec d’importantes fissures dans le sol – certaines s’étendant sur toute la largeur de la route, d’autres dans les murs des bâtiments – déjà visibles. Environ 80 000 ménages ont été évacués jusqu’à présent, a déclaré le porte-parole.

Un habitant a déclaré jeudi à CNN que certains de ses voisins dans des immeubles de grande hauteur avaient fui leurs maisons par crainte de s’effondrer.

Beaucoup de ceux qui ont fui ont voyagé à pied, portant matelas et ustensiles de cuisine, le Le Fonds d’urgence des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a déclaré jeudi.

Le porte-parole militaire a déclaré que des personnes déplacées étaient arrivées dans des zones d’évacuation qui faciliteraient l’assistance du gouvernement et des organisations humanitaires.

Plus tôt vendredi, l’UNICEF a averti que jusqu’à 400 000 personnes, dont près de 280 000 enfants, pourraient être déplacées si le volcan entre à nouveau en éruption.

La République démocratique du Congo a les taux de faim les plus élevés au monde, selon l'ONU

«Chaque fois que de grands groupes de personnes sont déplacés en peu de temps, les dangers pour les enfants augmentent», a averti le représentant de l’UNICEF en RDC, Edouard Beigbeder. «Nous devons être attentifs aux risques immédiats pour les enfants en mouvement, y compris les problèmes de protection, les risques nutritionnels et sanitaires, y compris les maladies d’origine hydrique et en particulier la propagation du choléra.

L’agence des Nations Unies a ajouté que près de 700 des 1000 enfants qui avaient été séparés de leurs parents au milieu du chaos de l’éruption de samedi ont maintenant été identifiés et qu’ils aidaient à réunir ces enfants avec leurs familles.

Le gouverneur militaire a également encouragé les autorités sanitaires et civiles provinciales à prendre en charge les enfants non accompagnés vendredi.

Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, est située au bord du lac Kivu, à la frontière de la RDC avec le Rwanda. Selon les projections officielles de l’ONU, de la Banque mondiale et d’autres, la ville abrite environ 670 000 personnes – cependant, un certain nombre d’organisations non gouvernementales de la région rapprochent la population d’un million d’habitants.

Le chaos actuel est aggravé par des niveaux catastrophiques de violence et de faim en RDC que le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC) considère comme «la crise de déplacement la plus négligée au monde».

De multiples conflits dans ce pays d’Afrique centrale ont contraint 2 millions de personnes à fuir leurs maisons en 2020, alors qu’il y a aussi un manque criant d’aide internationale et d’attention diplomatique, selon un nouveau rapport du COR.

«La RD Congo est l’une des pires crises humanitaires du 21e siècle», a déclaré le secrétaire général du NRC, Jan Egeland, dans un communiqué.

<< Une combinaison mortelle de violence en spirale, de niveaux records de faim et de négligence totale a déclenché une méga-crise qui justifie une méga-réponse. Mais au lieu de cela, des millions de familles au bord de l’abîme semblent être oubliées par le monde extérieur et sont laissées pour compte. coupée de toute ligne de vie de soutien », a ajouté Egeland.

La RDC compte plus de 27 millions de personnes, dont plus de 3 millions d’enfants, qui n’ont pas assez de nourriture pour se nourrir – un tiers de la population du pays – et plus de 5 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays, selon le NRC.

George Engels de CNN a également contribué à ce rapport.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page