Economie

« Le football britannique concentre les plus saillants paradoxes d’un pays qui souhaite préserver son identité nationale »

Tribune. Le samedi 29 mai, le titre de la plus prestigieuse des compétitions européennes de football reviendra à un club britannique. Comme il y a deux ans, la finale de la Ligue des champions mettra en effet aux prises deux équipes d’outre-Manche : Liverpool et Tottenham Hotspur hier, Chelsea et Manchester City aujourd’hui.

Ironie de l’histoire, ces quatre clubs firent partie d’une récente tentative de sécession au sein de l’élite du football continental, qui visait à mettre sur pied une ligue fermée et concurrente pour dégager de plus amples revenus : la Super Ligue européenne. Dans une humiliante volte-face, les clubs anglais engagés dans le projet furent contraints de se retirer trois jours plus tard, sous la pression de l’opinion publique et de leurs propres supporteurs.

De sa présente mainmise européenne à ses racines locales, le football britannique concentre en effet les plus saillants paradoxes d’un pays qui souhaite préserver son identité nationale d’un point de vue culturel, tout en s’ouvrant à tous les vents du point de vue économique.

Récent champion d’Angleterre, le club de Manchester City est dirigé par un entraîneur – Josep Guardiola – qui milite ouvertement pour l’indépendance politique de la Catalogne, soutenu par une grande partie de la classe ouvrière mancunienne (dont les frères Gallagher, du groupe Oasis), dans une ville qui a très majoritairement voté pour rester au sein de l’Union européenne (à 60,4 %), alors que les communes environnantes ont presque toutes voté « Leave » [« Quitter l’Union européenne »].

« Little England » contre « Global Britain »

Manchester City dispose dans le même temps d’une puissance financière hors norme. Adossée au fonds souverain d’Abou Dhabi, elle lui a permis de bâtir une marque mondiale et d’attirer les meilleurs talents internationaux, à tel point que l’actionnaire émirati fut initialement sanctionné par l’Union des associations européennes de football (UEFA) pour une croissance financière jugée insuffisamment « organique » et contraire au fair-play financier.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Les grands événements sportifs doivent être un levier de développement économique et sociétal »

Le club incarne en miniature les tensions du modèle britannique, et préfigure à sa manière la construction de l’identité britannique post-Brexit, entre Global Britain et Little England. Avant-poste et laboratoire de la mondialisation, le Royaume-Uni d’aujourd’hui est en effet le produit d’une opposition larvée entre la logique économiquement internationaliste qu’incarne la City de Londres d’une part, et les politiques migratoires très restrictives voulues aujourd’hui par Boris Johnson d’autre part, qui ne sont que la continuité des tirades de Theresa May [première ministre du Royaume-Uni de 2016 à 2019] jadis contre les « citoyens du monde », qui sont des « citoyens de nulle part ».

Il vous reste 54.54% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page