People

Revue de la saison 3 de “ La méthode Kominsky ”: La comédie Michael Douglas Netflix dit que la classe a été rejetée avec une dernière saison courte mais douce

Douglas et Arkin ont tous deux remporté des nominations pour le spectacle (Douglas a remporté un Golden Globe, une statuette qui n’est pas aussi scintillante ces jours-ci), qui qualifie le premier d’entraîneur par intérim impérieux Sandy Kominsky, et le second comme son agent et ami de longue date. , Norman Newlander.

La sortie de Norman est expliquée logiquement, et son ombre plane sur la troisième saison, qui voit Sandy s’attaquer à de nouveaux défis et responsabilités, tout en renouant de manière significative avec son ex-femme Roz (Kathleen Turner), ce qui équivaut à une longue réunion “Romancing the Stone”. .

Sandy s’inquiète également de l’avenir de sa fille, Mindy (Sarah Baker), qui se dirige vers l’autel avec son petit ami beaucoup plus âgé, Martin (Paul Reiser), une situation que Roz embrasse plus philosophiquement que son ex. Quant aux personnages hauts en couleur de la classe de théâtre, le succès de l’un des élèves de Sandy le met en contact avec Morgan Freeman, jouant – dans la meilleure tradition hollywoodienne de «Entourage» – une version convenablement jaunie de lui-même, dans une parodie savante des séries télévisées.

Produit par le maestro de la sitcom Chuck Lorre (“The Big Bang Theory”, “Young Sheldon” et plus), “Kominsky Method” savoure clairement sa latitude en termes de langage risqué, de situations sexuelles et de blagues de showbiz destinées aux personnes qui ont dîné au hangout hollywoodien Musso et Frank’s.

La véritable provocation de l’émission, cependant, a été sa focalisation laser sur les indignités du vieillissement, une véritable indulgence dans une industrie réputée pour la dureté avec laquelle elle traite ses aînés.

Poussé par les abonnements et non par la publicité, Netflix en a judicieusement profité – «Grace et Frankie» être une autre saison avec des stars des seniors – et les blagues sur les petites pilules bleues partagent l’espace avec beaucoup de combats occasionnels, dans une ville où l’expérience qui vient du vieillissement est sans valeur.

Sans rien dévoiler, Lorre et ne chevauchent pas nécessairement la mentalité blasée qui a informé la série jusqu’à la fin. Le résultat est une saison de six épisodes qui traite de l’amitié, du chagrin et de la perte d’une manière alternativement drôle et touchante et, dans l’ensemble, satisfaisante, offrant une autre vitrine solide pour Douglas.

Reste à savoir si cela se traduit par de nouvelles récompenses – en particulier dans ce format condensé de six épisodes – mais pour ceux qui ont investi dans les saisons précédentes, “La méthode Kominsky” reçoit l’appel du rideau qu’elle méritait.

La troisième saison de «La méthode Kominsky» débute le 28 mai sur Netflix.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page