Economie

« La 5G porte une promesse d’amélioration directe de la productivité du capital »

Tribune. Depuis deux siècles, le progrès technologique est la source principale de la croissance économique, c’est-à-dire de la croissance des revenus moyens de la population. On s’attendait donc, en théorie, à observer les mêmes effets avec les technologies de l’information et de la communication, progrès technologique majeur qui a révolutionné nos vies et nos manières de travailler. Et pourtant, la traduction de ces modifications radicales en matière de productivité globale ou de revenu moyen ne se manifeste guère. Robert Solow, Prix Nobel d’économie 1987, évoquait déjà, à l’époque, ce paradoxe auquel il a donné son nom, en observant que l’on voyait des ordinateurs partout… sauf dans les statistiques de productivité !

Beaucoup a été écrit sur la résolution de ce paradoxe. On a d’abord pensé à un problème de mesure. Si l’on n’observait pas de corrélation importante entre indicateur de numérisation de l’économie et croissance du produit intérieur brut (PIB) moyen, c’était que notre thermomètre était cassé : soit on ne savait pas bien mesurer la numérisation des entreprises et des ménages, soit le PIB était un indicateur plus adapté à l’ancienne économie industrielle.

D’autres économistes ont prôné la patience. Une révolution technologique ne se déroule pas en un jour : les effets de l’invention de la machine à vapeur en 1712 ne se mesurent pleinement qu’avec l’expansion du chemin de fer et le plan Freycinet, du nom du ministre des travaux publics inspirateur du déploiement, à partir de 1878, du réseau ferré à l’échelle nationale (pour la France). Un délai serait donc nécessaire pour que ces innovations numériques se diffusent et se traduisent en transformation organisationnelle, culturelle et sociale.

Technologie de rupture

L’économiste américain Robert Gordon a bouleversé la confiance dans le progrès technique en présentant une troisième explication : le numérique ne serait en rien comparable aux précédentes révolutions industrielles (The Rise and Fall of American Growth, « l’ascension et la chute de la croissance américaine », Princeton University Press, 2016, non traduit). Il s’agit, nous dit-il, d’une révolution de nos modes de vie et de nos relations interpersonnelles, mais pas de la productivité des entreprises, en tout cas pas de manière comparable à la machine à vapeur ou à l’électricité. Il faut alors tenter de mesurer les gains en matière de bien-être, parfois subjectif, comme par exemple l’importance de nos liens sociaux.

Il vous reste 61.75% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page