Economie

« Je perdais des milliers d’euros par seconde » : Jean-Christophe M., bitcoineur amateur

« J’ai beau être habitué à la volatilité des cryptomonnaies, je n’étais pas prêt à un mouvement aussi rapide que celui du 19 mai. Mon solde affichait encore 130 000 euros ce jour-là, puis je l’ai vu fondre par paliers de 5 000 euros. J’ai investi dans ce marché en août 2020, lorsque le bitcoin était à 10 000 euros. J’étais encore à plus de 100 000 euros de profits le 12 mai, le jour où Elon Musk a tweeté. Il annonçait que Tesla n’acceptait plus les paiements en bitcoins en raison de la pollution causée par la cryptomonnaie. Le cours est passé de 58 000 à 48 000 dollars en quelques instants.

Cette nuit-là, j’ai perdu 15 000 euros. Comme la journée du lendemain s’annonçait plutôt bonne, que tout remontait doucement, je n’ai rien vendu. Je me suis dit que c’était reparti, que la baisse serait vite oubliée, mais cette semaine-là, on a clôturé sous les 40 000 euros. Ça ne sentait pas très bon, j’ai donc préparé un plan de sortie pour limiter la casse.

« S’il faut attendre trois ans pour que tout remonte, je suis prêt à le faire. Il ne faut pas être pressé de devenir riche. »

Le 19 mai, la Chine a annoncé qu’elle interdisait à ses institutions financières de proposer des services liés aux cryptomonnaies. Le bitcoin a chuté à 30 000 dollars. J’ai déjà vécu des journées à − 25 %, mais, là, tout s’est passé en quelques minutes. Je perdais des milliers d’euros par seconde. Je n’aurais pas dû regarder, personne ne peut rester indifférent face à une telle dégringolade. L’ego en prend un sacré coup, on se dit qu’on a mal géré.

Je n’ai plus consulté mon solde depuis, ça ne sert à rien de se faire mal. J’ai éteint mon téléphone, je me suis dit que je verrais plus tard. En trading, on dit “pas vendu, pas perdu”, alors je n’ai rien vendu. Le lendemain, le marché s’est repris de nouveau, on est repassé au-dessus des 40 000 dollars. Tout le monde était content, mais cette hausse ne m’inspirait pas confiance.

En fin de semaine, la Chine a annoncé qu’elle réprimait le minage [l’activité qui permet de valider les transactions et de créer de nouveaux bitcoins] et le trading de bitcoins. J’étais devant les courbes ce jour-là, et c’était impressionnant. On a touché les 33 000 dollars pour remonter tout aussi vite. Je n’imagine pas les sommes injectées pour que le cours bouge aussi rapidement.

Nous sommes sur un marché manipulé, où les gros portefeuilles orientent les mouvements. Je me dis qu’il s’agit là d’un piège qui a pour but de faire vendre les petits pour que les gros accumulent moins cher. De nombreux épargnants sont entrés dans ce marché pour se faire de l’argent très vite.

De mon côté, je vois plus loin. Je crois fondamentalement en la technologie de la blockchain, que mon portefeuille vaille 5 ou 5 000 euros. Cette baisse n’annonce en rien la fin du bitcoin. La crise due au Covid a montré les faiblesses de l’économie traditionnelle. On fait tourner la planche à billets, les monnaies souveraines sont toujours dévaluées. Si la baisse à long terme est confirmée, je vendrai une partie de mes actifs, mais pas tous. Et, s’il faut attendre trois ans pour que tout remonte, je suis prêt à le faire. Il ne faut pas être pressé de devenir riche. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « On est en train de permettre à des bitcoins sales de devenir des bitcoins propres »

Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page