Economie

levée de fonds record pour la start-up Contentsquare

C’est du jamais-vu pour une start-up française. Contentsquare, une entreprise spécialisée dans l’analyse du parcours de l’internaute en ligne, a annoncé, mercredi 26 mai, avoir bouclé une levée de fonds de 500 millions de dollars (408 millions d’euros). En 2019, elle avait déjà levé 190 millions de dollars.

Avec ce nouveau tour de table, la société, fondée à Paris en 2012, est désormais valorisée 2,8 milliards de dollars. Les fonds les plus puissants au monde, comme Vision Fund 2, du groupe japonais Softbank, ont participé à l’opération. Au passage, Michel Combes, l’ancien patron de SFR, qui gère désormais les investissements à l’étranger de Softbank, entre au conseil d’administration de la start-up.

Lire aussi En Irlande, Twitter écope d’une amende de 450 000 euros pour non-respect du RGPD

Le terrain de jeu de Contentsquare ? L’analyse des comportements des internautes et des mobinautes sur les sites marchands pour améliorer l’expérience des utilisateurs, et finalement, le taux de transformation de leurs achats. Contentsquare ne se contente pas d’observer le parcours des utilisateurs, il observe le mouvement de la souris sur les pages Web, le temps de chargement des pages, les images qui séduisent le plus… et peut à tout moment suggérer à ses clients des changements pour faciliter le passage jusqu’au bouton « Payer ».

Solutions prédictives

« Le processus de décision d’achat est influencé par plein de critères, explique Jonathan Cherki, le patron fondateur de Contentsquare. On cherche à rassembler l’ensemble de ces informations dans une seule plate-forme, simple d’utilisation pour nos clients, et qui permet d’améliorer leur productivité. » A ce jour, Contentsquare revendique 750 clients, pour l’essentiel des très grands groupes.

Avec les périodes de confinement imposées par l’épidémie de Covid-19, les entreprises ont pris conscience de l’importance d’avoir un site d’e-commerce performant. En France, selon la Fédération de l’e-commerce et de la vente à distance (Fevad), le commerce en ligne pesait pour 13,4 % des ventes de détail en 2020, contre moins de 10 % l’année précédente. Aux Etats-Unis, le ratio est passé de 16 % à 35 % sur la même période et en Chine l’e-commerce a dépassé les ventes physiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Comment l’Europe tente d’enrayer la fuite de ses données

D’où l’idée de cette nouvelle levée de fonds pour investir massivement sur un marché estimé à 21 milliards de dollars en 2025. L’entreprise compte notamment tripler la taille de ses équipes de recherche et développement (200 personnes aujourd’hui sur les 800 que compte l’entreprise) pour améliorer ses solutions prédictives, et poursuivre son internationalisation, en se renforçant aux Etats-Unis (50 % du chiffre d’affaires), en Europe (45 %) et en se développant en Asie.

Il vous reste 13.5% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page