Politiques

Clémentine Autain conteste “l’interdiction” de son meeting LFI à Montreuil


La tête de liste La France insoumise aux élections régionales en Île-de-France, Clémentine Autain, conteste “l’interdiction” de son meeting, prévu le 13 juin place Jean Jaurès à Montreuil (Seine-Saint-Denis). “Nous n’acceptons pas les règles arbitraires”, écrit-elle mercredi 26 mai dans un communiqué publié sur Twitter. La candidate annonce déposer un référé-liberté devant le tribunal administratif contre le décret pris le 21 mai dernier qui, dans le cadre des règles sanitaires de la campagne électorale, fixe désormais à 50 personnes la jauge des rassemblements électoraux organisés en plein air.

“Le jeudi, le ministre Gérald Darmanin participe à une manifestation revendiquant 35 000 participants, et le week-end il signe un décret interdisant les meetings politique en place publique”, s’insurge Clémentine Autain. “Chaque jour, le gouvernement piétine un peu plus la démocratie, malgré l’amélioration de la situation sanitaire dans notre pays.” Elle dénonce par ailleurs que le candidat de l’extrême droite Jordan Bardella puisse tenir son meeting “puisqu’il se déroule sur un terrain privé”. “Quel pays ! Quel régime ! Jusqu’où, jusqu’à quand l’État Macron ?”, réagit de son côté Jean-Luc Mélenchon, également sur Twitter.

Le décret 2021-637 du 21 mai 2021 limite effectivement les réunions électorales organisées en plein air à 50 personnes debout, mais depuis le 19 mai, les meetings sont autorisés dans les établissements recevant du public dans les limites du protocole sanitaire. Ils doivent donc se faire en configuration assise, en respectant une jauge de 35%, puis de 65% à partir du 9 juin, dans la limite de 1 000 personnes, et avec une distance minimale d’un siège laissé libre entre chaque siège occupé par une personne ou groupe de six personnes ayant réservé ensemble.

“C’est un subtil équilibre que nous avons trouvé en démocratie, avec les organisations politiques”, explique à franceinfo une source au ministère de l’Intérieur qui rappelle également “l’importance de ne pas avoir de cluster après ces élections”. “Madame Autain compare la manifestation des policiers à une réunion politique mais ce n’est pas la même chose. Le Conseil d’État a rappelé le droit sacré de manifester en démocratie et il a bien raison. On essaie pour cela de prévoir des protocoles sanitaires avec le port du masque obligatoire et de longs tracés. Ce n’est pas pareil pour une réunion publique.”




Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page