Economie

Le studio hollywoodien MGM racheté par Amazon pour 8,45 milliards de dollars

La dernière grande acquisition d’Amazon fut, en 2017, les magasins d’alimentation Whole Foods, pour 13,7 milliards de dollars (11,2 milliards d’euros). Quatre ans plus tard, la firme fondée par Jeff Bezos bascule dans le glamour et s’offre pour 8,45 milliards de dollars MGM (6,9 milliards d’euros), la fameuse Metro Goldwyn Mayer. L’ancienne major d’Hollywood au lion légendaire, qui produisit Chantons sous la pluie, Ben Hur ou Rocky, détient surtout une partie des droits sur James Bond.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Amazon, le petit libraire en ligne devenu ogre tentaculaire

« MGM, qui a près d’un siècle d’histoire cinématographique, complète le travail d’Amazon Studios, ces derniers s’étant principalement concentré sur la production de programmes d’émissions de télévision », explique Amazon dans un communiqué publié mercredi. « La véritable valeur financière de cet accord est le trésor de la propriété intellectuelle du catalogue complet, que nous prévoyons de réinventer et de développer avec la talentueuse équipe de MGM », a renchéri Mike Hopkins, vice-président senior de Prime Video et d’Amazon Studios.

Cette franchise est en effet un atout absolument décisif, car elle sera un moyen pour Amazon de conquérir de nouveaux abonnés pour son bouquet en streaming Prime Video. La diffusion des dernières aventures de l’agent 007 avec Daniel Craig, No Time to Die, n’en finit pas d’être reportée en raison de la crise sanitaire. La date de sortie du film, tourné en 2019, est désormais fixée au 8 octobre 2021 aux Etats-Unis.

Les pourparlers au sujet du rachat de la firme, durent depuis des mois. Les deux groupes étaient récemment entrés dans des négociations exclusives, rapporte le Wall Street Journal.

Tous azimuts

Amazon n’a pas cessé, en dépit de la pandémie, d’investir dans des contenus. Comme l’explique le quotidien américain, elle consacre actuellement 465 millions de dollars à la première saison d’une série sur Le Seigneur des Anneaux. Selon le Wall Street Journal, l’acquisition de MGM serait l’aveu qu’Amazon ne parvient pas à produire suffisamment de contenus pour satisfaire la demande de ses abonnés en streaming. L’opération intervient alors que les grandes manœuvres ont repris dans le secteur. Disney et sa filiale de streaming Hulu sont renforcées par l’acquisition d’actifs de la Twentieth Century Fox tandis que ATT et Discovery ont décidé de fusionner les activités pour doper leurs activités en diffusion à la demande via HBO et Discovery +.

L’entreprise de Bezos investit tous azimuts. Elle a signé un accord avec la Ligue nationale de football américain (NFL) pour avoir le droit de diffuser pendant dix ans et pour 1,2 milliard de dollars par an une quinzaine de soirées du championnat de football américain le jeudi soir.

Depuis quelques années, une entreprise (…)  sans PDG officiel

MGM était, depuis quelques années, une entreprise sans tête ou, en tout cas, sans PDG officiel ; le précédent, Gary Barber, ayant été limogé en 2018 après avoir engagé des pourparlers en vue de la vente de l’entreprise à Apple. MGM ne détient plus les droits sur les films tournés avant 1948, tel Autant en emporte le vent, le catalogue cédé il y a des années étant, désormais, propriété de Time Warner, filiale du géant américain des télécoms AT&T.

La création de richesse dans le secteur n’est pas évidente. L’annonce du mariage de la filiale d’AT & T WarnerMedia (qui comporte aussi CNN et HBO) avec Discovery s’accompagne d’un désastre financier. AT&T avait déboursé, il y a trois ans, 102 milliards de dollars pour racheter les actifs de Warner, aujourd’hui valorisés à 43 milliards de dollars.

AT&T avait même dû batailler en justice contre les autorités de la concurrence américaine pour avoir le droit de racheter Warner. L’affaire fait surtout replonger de nouveau le serpent de mer sur les synergies entre contenant et contenu, entre les opérateurs de télécoms et les fabricants de contenus vidéo ou cinématographiques.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Avec AT&T, le vieux songe de convergence des opérateurs de télécommunications avec les médias fait une nouvelle victime »


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page