Acceuil

Coup d’État au Mali: un vice-président évince le président et le Premier ministre de ses fonctions et prend le pouvoir

Goita – qui a également dirigé le coup d’État de l’année dernière – a déclaré que le président Bah N’Daw, le Premier ministre Moctar Ouane et plusieurs de leurs conseillers avaient été démis de leurs fonctions parce qu’ils ne l’avaient pas consulté sur un remaniement ministériel, selon un communiqué lu. par le conseiller de Goita, Baba Cissé, sur le diffuseur national ORTM mardi.

Une source diplomatique de haut niveau a déclaré à CNN que deux acteurs clés du putsch, les colonels Sadio Camara et Modibo Koné, n’avaient pas été inclus dans le nouveau gouvernement annoncé lundi, ajoutant que cela pourrait avoir été une raison clé de la décision de déclencher un coup.

On ne sait pas où se trouvent actuellement le président et le Premier ministre et CNN n’a pas été en mesure de joindre N’Daw, Ouane ou leurs représentants pour commenter.

N’Daw et Ouane étaient en charge de un gouvernement de transition créé à la suite d’un coup d’État d’août 2020. Le coup d’État, dirigé par Goita, a renversé le président d’alors Ibrahim Boubacar Keita et le Premier ministre d’alors Boubou Cissé. Le gouvernement de transition, dirigé par N’Daw, avait promis de tenir des élections législatives et présidentielles en février 2022 pour restaurer un gouvernement démocratique.

Dans le communiqué lu mardi par son conseiller, Goita aurait déclaré qu’il “suivrait le processus de transition” et maintiendrait les élections prévues pour 2022.

Lundi, une déclaration conjointe du Comité local de suivi de la transition du pays – qui surveille le retour du Mali à la surveillance civile après un coup d’État militaire en août 2020 – a déclaré que N’Daw, Ouane et certains de leurs employés avaient été arrêtés et se trouvaient dans le garde des officiers militaires.

Le comité, qui comprend l’Union africaine, la mission des Nations Unies au Mali et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a déclaré dans un communiqué qu ‘”avec les membres de la communauté internationale, dont la France, les États-Unis et le Royaume-Uni , L’Allemagne et l’UE, expriment leur profonde préoccupation face à la situation au Mali marquée par l’arrestation du président de transition, du Premier ministre et de certains membres de leur personnel. “

“Ils exigent la libération immédiate et inconditionnelle de ces autorités et insistent sur le fait que les membres de l’armée qui les détiennent seront personnellement tenus responsables de leur sécurité”, indique le communiqué.

Condamnation internationale

Les arrestations, décrites dans le communiqué (de la CEDEAO) comme une «tentative de prise de pouvoir», se poursuivent un cycle de troubles politiques qui sévit dans le pays depuis plus d’une décennie.

Mardi, la France, ancienne puissance coloniale et alliée militaire du Mali, s’est déclarée prête à sanctionner les personnes impliquées dans le coup d’État.

“Dans les heures à venir, si la situation ne s’est pas éclaircie, nous sommes prêts à prendre des sanctions ciblées contre les personnes impliquées”, a déclaré le président français Emmanuel Macron, ajoutant: “Ce qui a été réalisé, encore une fois, par les forces militaires putschistes , est un coup d’État inacceptable dans le cadre d’un coup d’État, qui appelle à une condamnation immédiate. ” Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a également demandé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

Une délégation du principal organe décisionnel régional – la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) – s’est rendue au Mali mardi, selon un communiqué conjoint de la CEDEAO, des Nations Unies, de l’Union africaine, de l’Union européenne et de plusieurs pays européens. des pays.

L’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, qui a été envoyé au Mali par la CEDEAO après le coup d’État de 2020, agira à nouveau en tant que médiateur pour l’organe régional, a également indiqué la source diplomatique.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page