Technologie

Pourquoi un Wi-Fi peu sécurisé peut entraîner une perquisition de la police


En janvier dernier, la vie de cette famille anglaise paisible a basculé dans le cauchemar. Des enquêteurs de police sonnent à leur porte, procèdent à une perquisition de leur logement et embarquent les ordinateurs et les smartphones. Seules les tablettes des deux enfants ont pu rester sur place. Les forces de l’ordre suspectent le couple d’avoir téléversé des photos pédopornographiques sur un forum en ligne. En effet, c’est l’adresse IP de leur connexion Internet qui apparaît dans cette affaire.

Le couple tombe des nues, car il n’a jamais partagé son accès Internet avec quelqu’un d’autre. Puis l’histoire s’envenime, car la police prévient les services sociaux. Interdiction désormais de rentrer dans l’école pour aller chercher les enfants. L’homme a par ailleurs été contraint d’informer son employeur, car l’un des ordinateurs saisis était professionnel et la police réclamait la clé de déchiffrement pour pouvoir l’analyser.

A découvrir aussi en vidéo :

En mars, la police leur rend leurs appareils et clos l’affaire. Le couple est blanchi. L’explication la plus probable, c’est que les auteurs de ces méfaits ont réussi à pirater leur connexion Wi-Fi. La famille disposait d’un vieux routeur dont le mot de passe par défaut était faible et n’avait jamais été changé.
Quelques minutes ont donc dû suffire pour le casser et accéder au réseau, et donc profiter de la connexion à Internet. Mais c’est évidemment difficile à prouver par la suite, car ce genre d’action ne laisse que peu de traces.

À noter que sur les box et les routeurs récents, ce type d’attaque est plus compliqué à réaliser, car le mot de passe par défaut est généralement unique et complexe. Le casser par force brute est donc difficile.

Source : BBC


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page