Economie

Matera, promoteur de l’autogestion des copropriétés, lève 35 millions d’euros

Et de trois ! La start-up Matera, ex-Illicopro, lève des fonds pour la troisième fois de son histoire, débutée en janvier 2017. La jeune société annonce, ce mardi 25 mai, l’entrée au capital de nouveaux investisseurs, dont la Banque publique d’investissement (BPI), pour un montant de 35 millions d’euros, « la plus grosse levée de fonds de la PropTech [pour « property technologies », les services immobiliers innovants par Internet] », se félicite Raphaël di Meglio, son fondateur et directeur général. Outre la BPI, Matera accueille Mubadala Capital, fonds souverain d’Abou Dhabi, et l’allemand Burda Principal Investment. Suivent aussi ses actionnaires historiques, l’anglo-saxon Index Ventures et l’espagnol Samaipata.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Confier plus de pouvoirs aux copropriétaires : un cadeau empoisonné ?

Matera développe depuis plus de quatre ans une plate-forme numérique de conseils juridiques, techniques et comptables à destination des copropriétés gérées bénévolement par leurs copropriétaires et qui, pour cela, adoptent le statut coopératif. Avec 3 000 copropriétés adhérentes, totalisant 60 000 copropriétaires qui, chaque mois, versent une cotisation de 9 à 11 euros, Matera développe un modèle original d’aide à l’autogestion.

« Nous ne pouvons pas satisfaire toutes les demandes : 3 000 copropriétés sont en attente », Raphaël di Meglio, fondateur de Matera

« Nous sommes convaincus par ce modèle où les copropriétaires qui habitent l’immeuble et en paient les charges sont les seuls intéressés à une gestion efficace, explique M. Di Meglio. Cela leur permet une économie de gestion, d’en moyenne 30 % de leur budget, pouvant être réinvestie dans des travaux dont les immeubles ont souvent bien besoin. Notre croissance est telle, avec aujourd’hui 140 salariés, que nous ne pouvons pas satisfaire toutes les demandes : 3 000 copropriétés sont en attente. Nous souhaitons, en outre, nous développer auprès des bailleurs sociaux et en Allemagne, pour devenir le champion européen de la gestion performante de copropriétés ».

La société Matera bouscule, en France, la profession de syndic de copropriété à tel point que la Fnaim avait, fin 2020, porté plainte contre elle pour exercice illégal de la profession. Une plainte classée sans suite après l’enquête diligentée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Copropriété : quand le président du conseil syndical commet un abus de pouvoir


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page