Technologie

L’Europe projette une constellation de satellites autour de la Lune


Projet Moonlight. L’ESA, l’agence spatiale européenne, a dévoilé en fin de semaine dernière son ambition d’envoyer une série de satellites de communication et de navigation autour de la Lune. Cette constellation permettrait de proposer un service commercial dédié aux nombreuses missions planifiées partout dans le monde depuis les Etats-Unis, la Chine, l’Inde, le Japon ou encore la Russie.

Les communications avec la Lune deviendraient plus fiables, permettant notamment d’atterrir précisément où l’on veut, de faire déplacer les rovers plus rapidement ou encore d’installer des observatoires pour les astronomes directement à la surface de l’astre.

Démocratiser l’accès à la Lune

Pour l’ESA, cela abaisserait aussi le coût des expéditions en réduisant leur complexité et en libérant de la place au niveau de la charge utile. « En diminuant le coût de l’exploration lunaire, davantage d’États membres de l’ESA pourraient lancer leurs propres missions lunaires nationales », peut-on lire dans le communiqué de presse.

Là où l’on reste dubitatif, c’est quand l’agence européenne évoque des retombées économiques et des emplois générés par de nouveaux services et produits créés sur Terre comme « des jeux de réalité virtuelle dans lesquels les joueurs manipuleraient des robots lunaires ou verraient à travers les yeux d’astronautes ».

A découvrir aussi en vidéo :

L’initiative Moonlight reposera sur les travaux de deux consortiums créés pour les besoins du programme Artemis de la Nasa qui veut renvoyer des humains sur la Lune d’ici 2024. Le premier s’appelle Esprit et se concentre sur les communications dans les quartiers de résidence des astronautes. Il est mené par le fabricant de satellite SSTL (Surrey Satellite Technology Ltd) et compte notamment parmi ses membres Airbus.

Le second s’intitule Lunar Pathfinder et doit fournir un service de communication de base sur la Lune. Il sera piloté par Telespazio, une entreprise commune entre Leonardo à 67 % et Thales à 33 %.

Source : ESA


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page