Auto-Moto

Les conditions de la LLD s’assouplissent

Dorénavant, la location longue durée, plus connue sous le sigle de LLD, figure parmi les éventualités que l’on peut prendre en considération au moment de l’achat d’une voiture. On parle en l’occurrence d’une formule de location qui s’échelonne sur plusieurs années. Puis, à la différence de la location avec option d’achat (LOA), elle n’offre aucune possibilité d’acquisition au terme du contrat de location. Cette solution se révèle alors idéale lorsque l’on a l’habitude de remplacer régulièrement sa voiture. Faisons un tour d’horizon des conditions de la LLD.

Est-il possible de bénéficier de la LLD sans apport ?

Oui ! Les conditions de la LLD s’étant assouplies, ce type de location peut aujourd’hui se faire sans apport. Autrement dit, aucune somme initiale n’est exigée par le bailleur dans le cadre d’un contrat LLD. Néanmoins, le dossier du locataire sera étudié. Dans certains cas, le bailleur peut réclamer un dépôt de garantie qui ne sera restituée au locataire qu’au terme du contrat. Mais quoi qu’il en soit, une fois son dossier validé par le prêteur, l’automobiliste s’engage uniquement à honorer son loyer qui peut être mensuel ou trimestriel en contrepartie du véhicule de son choix (citadine, berline, SUV, 4×4, utilitaire, VSP…), neuf ou d’occasion. Ceux qui sont séduits par ce concept intéressant et désirent trouver une location longue durée sans apport peuvent se rendre sur un site spécialisé dans la LLD, proposant des leasing de voitures neuves et occasions récentes avec livraison possible dans toute la France. Vous pouvez y obtenir un devis de leasing immédiat en moins de 3 minutes. Parmi les marques auto, les plus demandées en LLD figurent notamment Renault, Peugeot, Citroën, Mercedes, BMW, Volkswagen, Dacia…

Gros plan sur les conditions de la LLD

Longtemps réservée aux entreprises, la LLD est désormais proposée aux particuliers. Son principe de fonctionnement s’avère relativement simple. Une banque ou un autre établissement de crédit fait l’acquisition du véhicule choisi par le locataire et en devient l’unique propriétaire. L’automobiliste s’engage par la suite à le louer sur une durée de 48 mois généralement, mais qui peut varier de 1 à 5 ans. La LLD l’engage de surcroît à effectuer un kilométrage forfaitaire indiqué noir sur blanc dans le contrat, qu’il devra bien sûr veiller à ne pas dépasser sous peine de pénalités. Ce kilométrage est généralement fixé à 15 000 km/an pour un véhicule à essence et à 25 000 km/an pour un diesel. Et puisque le certificat d’immatriculation du véhicule est au nom du bailleur, c’est ce dernier qui, selon ce qui est écrit dans le contrat, prend en charge quasiment tous les frais engendrés par la voiture (assurance, entretien, changement de pneumatiques, assistance…). Cependant, tous ces services constituent l’un des facteurs influençant le montant des mensualités.

Au terme de la location, le locataire doit restituer à la banque le véhicule qui a été loué dans le cadre d’une LLD, avec le certificat d’immatriculation et le carnet d’entretien bien à jour. À ce moment, le locataire ne peut en aucun cas se porter acquéreur du véhicule puisque le contrat ne comporte aucune option d’achat. Par contre, il peut louer un autre modèle de véhicule si tel est son besoin. L’atout majeur de ce système de location est qu’il permet au locataire de changer de voiture aussi souvent qu’il le souhaite. Qui plus est, il n’a pas à s’occuper de la revente de son ancien véhicule ni à en supporter la dépréciation.


Source link

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page